Bienvenue à Serenity City
En espérant que vous passerez un agréable séjour en notre compagnie.
Les postes vacants à promouvoir
un problème d'inspiration ? d'idée de personnage ?
It is back !
venez participer à l'intrigue d'Halloween.
Soutenez Serenity !
voter toutes les deux heures.

Partagez | 
 

 I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité


Invité

MessageSujet: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Lun 18 Aoû - 23:38


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Je sentais depuis déjà quelques jours que quelque chose ne tournait pas rond avec Killian… Que se passait il ? Il avait même refusé mon invitation de se joindre à nous chez Granny, ce qui, le connaissant, ne lui ressemblait pas. Il était présent, oui, mais depuis quelques jours, j’avais l’impression qu’il me fuyait. Bien que nous étions en plein cœur d’une bataille, j’avais pour une fois, un peu de répit, forcé soit dit en passant. Mon père m’avait intimé de prendre quelques heures pour moi et je n’avais pas vu Killian de la journée. Normalement, il m’attendait toujours chez Granny le matin pour me donner un coup de main a traquer Zelena.  Je passais chez Granny avant de me rendre au Jolly Roger, prit deux chocolats chauds à emporter – qu’il arromatiserait surement avec du rhum- supplément chantilly et cannelle. On ne change pas les habitudes si facilement, croyez moi. Je n’avais pas de soucis à me faire, tout se passerait bien en mon absence. Henry et Roland étaient avec Regina, Robin et sa joyeux bande de compagnons avec mon père, bref, toute une armée. Ils n’auraient pas besoin de moi pendant quelques heures, pas vrai ?

La veille au soir, la réaction de Killian m’avait laissée pantoise, alors que je me comportais comme une véritable gamine, lui montrant les prouesses en magie que je parvenais à réaliser grâce aux cours de Regina, il était tout simplement sorti de ses gonds… Mais après tout, je me faisais surement du souci pour rien, il devait surement s’être levé de mauvaise humeur, la faute au rhum… C’est toujours la faute au rhum. Arrivée au port, j’apercevais le Jolly Roger, rassurée, je montais à bord. Au moins, il n’avait pas levé les voiles sans prévenir. Ce qui, je dois le confier, m’aurait beaucoup plus blessée que je ne l’avouerai jamais. Personne sur le pont, par même Smee. Etrange... Mais autant dire que depuis notre escapade à Neverland, je connaissais le bateau comme ma poche, pas besoin d’un plan pour m’y repérer. Direction, la cabine du capitaine, Killian devait surement s’y trouver.  Je pénétrai dans l’antre du pirate, mais de nouveau aucune présence, j’évitais néanmoins de me diriger vers la salle d’eau pour ne pas le surprendre à moitié habillé… Déjà que je devais user de toute mes forces pour ne pas céder à la tentation qu’il représentait, autant ne pas réduire mes efforts à néant… La place d’Henry, et par définition, la mienne était à New York, je voulais le protéger, et quoi que j’en dise, me protéger...

«  Hook ? C’est Emma… J’ai du chocolat chaud ! Je ne t’ai pas vu ce matin chez Granny et je me disais que… »

Mais inutile de poursuivre, j’avais l’impression de parler dans le vent, je soupirais, en me passant la main dans les cheveux après avoir déposé les deux chocolats sur son ‘bureau’ : « Bon dieu Killian, où es-tu ? »


copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mar 19 Aoû - 11:47


.I'm tired living in the past.

Serrant les poings une minute, Killian inspira profondément, avant de reprendre son labeur. Pendant des semaines, des mois, des années, même, lorsqu'il naviguait seul à bord du Jolly Roger, quand il était encore à Neverland, il avait hurlé, crié, quémandé pour un ou deux garçons de ponts. N'importe qui, tant qu'ils savaient tenir un balai et brosser la coque. Mais maintenant, il n'avait jamais été plus ravi que de devoir tout faire lui-même. Faire le ménage était devenu partie intégrante de ses journées et il se mettait à la tâche avec dévotion... Comme si cela pouvait lui permettre de cesser de penser. Faux ! Il n'avait jamais autant réfléchi que depuis qu'il avait commencé à combler ses journées, non plus en buvant dans l'attente de Swan ou en la suivant partout, mais en nettoyant le Jolly de la voile à la cale. Et aujourd'hui, il brossait la coque, la débarrassant du sel accumulé sur ses pans de bois, dégageant les coquillages qu'il pouvait atteindre sans devoir mettre le navire en cale sèche, réparant de temps à autre une planche, consolidant un maintien... Jusqu'à ce que l'appel du rhum se fasse plus fort que tout le reste, Emma envahissant durablement son esprit, alors que les mots de la sorcière raisonnaient encore et encore dans sa tête...« Embrasse Emma Swan ou tous ceux qu'elle aime mourront. »
Il avait beau y réfléchir, chercher dans tous les livres se rapportant à la magie qu'il pouvait trouver, il n'y avait rien sur les malédictions de baisers. Rien qui pouvait l'aider à résoudre son problème. Alors oui, l'appel du rhum devint soudain vivace et Killian abandonna son oeuvre, se remontant sur le pont, pour rejoindre ses propres quartiers. En chemin, il récupéra sa chemise, qu'il avait ôté quelques heures plus tôt. Pas qu'il fasse très chaud en soit à Serenity City, mais à force de gratter le bois, il avait fini par avoir si chaud que l'effeuillage s'était fait inconsciemment, jusqu'à ce qu'il se retrouve torse nu... et bien contraint de supporter la différence entre la température ambiante et sa température interne. Pas d'importance, il allait se faire un brin de toilette, se rhabiller et ce serait comme ni vu, ni connu.
« Bon dieu Killian, où es-tu ? », demanda une voix qu'il ne reconnu que trop vite alors qu'il arrivait dans ses quartiers. Killian prit une seconde pour l'observer, alors qu'elle lui tournait le dos. Il évitait de la regarder trop intensément et trop longtemps depuis la malédiction, juste pour éviter un accident. Parce qu'il n'avait jamais autant eu envie de l'embrasser que depuis qu'il savait qu'il ne pouvait pas et chaque minute passée avec elle était une véritable torture.
« Un soucis, Swan ? », demanda-t-il en passant à côté d'elle. Il remit sa chemise en se dirigeant vers son armoire et en sortit une bouteille de rhum et deux verres qu'il montra à la Sauveuse, cherchant la confirmation qu'elle allait l'accompagner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mar 19 Aoû - 13:22


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Un an… Un an passé loin de ceux que j’aimais, et à qui j’avais manqué. Un an loin de la magie, loin des sorcières maléfiques et autres malédictions. Mais contrairement à eux, le sort d’oubli que m’avait lancé Regina m’avait permis de ne pas voir le temps passer, et surtout de ne pas souffrir de leurs absences. J’avais assez souffert par le passé, tant de gens m’avaient mise de coté, et ce, depuis l’enfance. J’avais appris à vivre pour moi, et surtout à ne pas rester trop longtemps au même endroit pour ne pas risquer de m’attacher. La disparition récente de Neal m’avait dévastée, à quoi bon se rapprocher des gens si on se sent si profondément vide et creux quand ils ne sont plus là… Les derniers mots de Neal résonnaient encore dans mon esprit : « Sois heureuse Emma… trouves ton Tallahassee… » La bénédiction que j’avais attendu depuis si longtemps pour tourner la page sur notre histoire. Mais je n’aurai jamais souhaité la recevoir de cette manière. Neal connaissait les sentiments que ressentait Hook à mon égard, me faisait il passer un message ? Voulait il que je baisse enfin les armes ? Trop de question sans réponses. Hook et moi n’étions pas du même monde, je n’étais pas même dans le livre, dans l’histoire originelle… Henry méritait d’avoir une vie normale, il me parlait sans cesse de New York, n’ayant pas eu la ‘chance’ de recevoir une potion de mémoire. Rumple aurait surement pu nous aider si il n’avait pas été sous l’emprise de Zelena. Mais Henry ne méritait-il pas une enfance normale ?

Hook représentait la tentation, ma tentation depuis le début, bien que je n’ai de cesse de repousser ces innombrables avances. A quoi bon ? A quoi bon baisser les armes si c’était pour qu’il reparte sur son Jolly Roger voguer vers d’autres aventures ? Je ne pouvais pas lui demander de nous suivre à New York, Henry et moi, qui étais-je pour lui demander de renoncer à la vie qu’il aimait ?

« Un soucis, Swan ? » demanda une voix derrière moi que je ne connaissais que trop bien, il passa à coté de moi, torse nu et je détournais le regard. Bordel, enfiles une chemise Killian ! «  Je ne t’ai pas vu ce matin chez Granny, je voulais juste m’assurer que tout allait bien… » Il du entendre mes pensées puisque se dirigeant vers l’armoire, il la renfila. A mon grand soulagement. Comme je le disais, il vallait mieux ne pas trop provoquer les évènements. Si rien ne se passait entre nous, mon retour à New York serait beaucoup plus simple, et certainement moins douloureux. J’acquessais, un léger sourire aux lèvres. «  J’avais ramené du chocolat, mais vas pour le rhum… » Après tout, nous étions adultes, et si quelques verres de Rhum pouvaient me permettre de relâcher la pression, je n’avais rien contre. «  J’ai comme l’impression que tu m’évites ces derniers temps Hook… Une envie soudaine de prendre le large à bord du Jolly Roger ? »


copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mar 19 Aoû - 19:03


.I'm tired living in the past.

Cette situation n'avait rien de juste aux yeux de Killian, qui n'avait rien demandé de plus, depuis qu'il l'avait rencontré, que d'avoir une chance avec elle. Emma Swan... la fille de Blanche Neige et son prince Charmant. La plus belle princesse de tous les royaumes. Héritière du courage, de la bonté d'âme et de la force de ses parents. Si ça n'était pas ironique. Lui le marin royal, devenue pirate après avoir découvert toute la corruption de ses dirigeants. Lui l'homme en conflit avec tout ce qu'il y avait de royal et maintenant, il était là, à désirer cette femme, avec toute la puissance de son coeur et de ses tripes, alors même qu'elle avait le sang des rois. Sauf qu'Emma Swan n'avait rien d'une princesse. Si elle l'avait été, robe de satin, strass et airs supérieurs, nul doute qu'il ne se serait même pas retourné sur elle... Enfin si, il aurait constaté et convoité sa beauté, mais l'or qu'elle lui aurait rapporté aurait fait qu'il n'aurait pas assouvi le désir physique et aurait simplement veillé à l'avoir sous bonne main pour ensuite la rendre à ses parents contre une belle somme d'argent. Mais Emma Swan n'était pas cela, elle était bien plus. Elle était une femme de poigne, une force de la nature, une enfant perdue. Elle était une princesse, à un point qu'elle ne pouvait même pas réaliser, mais elle était aussi et surtout une fille des rues, une âme perdue, en quête d'un point d'encrage, d'un happy end auquel elle ne croyait même pas... Elle était tout ce qu'il pouvait désirer. Et il ne pouvait même pas... plus en tout cas.
Alors que Killian revenait poser ses trouvailles sur la table, Emma lui expliqua qu'elle voulait s'assurer que tout allait bien, puisqu'elle ne l'avait pas vu le matin même chez Granny. Elle ajouta qu'elle avait amené du chocolat chaud, mais accepta le rhum sans cilier. Il aurait très bien pu mélanger les deux. Il n'était pas rare qu'il rajoute un trait de rhum dans le chocolat chaud ou le café, quand il le prenait encore avec elle, mais aujourd'hui, il avait besoin que le goût de l'alcool fort ne soit pas altéré. Quand une chose que vous possédez est altéré, le besoin d'avoir le reste dans toute sa splendeur devient plus vivace. C'était une chose qu'il avait découvert ses derniers jours.
Avec un soupir, il s'installa à la table qui lui servait pour manger, boire et travailler, alors qu'elle lui avoua l'impression qu'elle avait concernant le fait qu'il l'évitait, l'interrogeant sur une potentielle envie de partir. Oh comment te le dire, Swan. Comment t'expliquer que même si je le voulais de tout mon être, partir m'est juste impossible. Killian avait mystérieusement récupéré le Jolly Roger lorsqu'ils étaient venus à Serenity après New York, mais cela ne changeait rien dans l'esprit de Killian. Certes, Emma n'avait jamais eu à se poser la question de son absence et sans preuve apparente, elle n'avait pas poussé plus loin l'interrogatoire sur le comment de son retour dans le monde sans magie, mais pour lui, l'acte de foi était encore vivace, le sacrifice profondément encré dans ses veines. Il avait donné son navire, sa maison, tout ce qu'il possédait et qui avait pu lui redonner un peu de lui-même dans la Forêt Enchantée, pour l'espoir fou qu'il pourrait la retrouver elle. Comment la quitter après ça ? « J'ai bien plus de raisons de rester ici que de lever l'ancre, amour », dit-il en servant une bonne dose de sa potion de courage dans les deux verres, avant d'en prendre un pour l'avaler d'une traite. « Cela n'empêche pas que ma beauté a besoin des meilleurs soins et malheureusement, les équipages dignes de ce nom manquent à l'appel. Tout faire seul prend du temps, Swan et c'est un temps que j'aime à lui consacrer. Pardonne moi s'il empiète sur le temps que je te consacre. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mar 19 Aoû - 22:55


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

J'aurai après tout pu ne pas profiter des quelques heures que j'avais devant moi pour aller à la rencontre de Killian. Non, j'avais certainement besoin de repos, et surtout de détente, je n'avais pas eu une minute de répit depuis que j'étais arrivée à Serenity, plus particulièrement avec Zelena en ville. Je ne sais pas ce qui avait pu changer en l'espace de quelques jours, mais malgré tout ce que pouvait dire Hook, il avait mis des distances. Juste au moment ou j'avais commencé à baisser les armes. Faisait il parti de ce genre de type qui, quant une femme osait faire un pas en avant, lui en faisait deux en arrière ? Ça m'étonnait particulièrement, surtout quand je me souviens de notre premier rapprochement à Neverland... Et sa réponse à mon " peut être ne peux tu pas le supporter ?" ça ne l'avait pas refroidi, bien au contraire. Mais allez savoir ce qui se passe dans l'esprit d'un homme... Encore plus quand cela concernait Killian.


Q
uoique dans mon genre, je n'avais pas non plus fait des prouesses. Sept adresses différentes en dix ans, à la recherche de mon Tallahassee, ou plutôt à fuir un potentiel Tallahassee. J'avais toujours été une orpheline, une gosse élevée de familles d'accueil en famille d'accueil en passant par l'orphelinat, jusqu'à ce que je prenne mon envol. Pour finir par abandonner mon fils, lui offrir une vie meilleure que celle que j'aurai été en mesure de lui donner. A Storybrooke, les gens comptaient sur moi, m'appréciaient, certains même ne s'imaginaient pas que je voulais rentrer à New York. Mais j'étais lucide, si un jour ils disparaissaient de ma vie alors que j'y avais établi la mienne, que deviendrons nous, Henry et moi ? Je ne connais aucun revendeur de haricot magique en plein Manhattan... Ni même dans tous les Etats Unis.  J'aurai pu laisser Killian entrer dans ma vie, je l'aurai certainement fait si nous nous étions rencontrés dans d'autres circonstances... J'avais parfois ces moments d'égarement où je le laissais un peu trop rentrer dans ma vie, ou malgré toute la détermination que j'avais à le repousser rencontrait des failles. Des regards un peu trop appuyés, des sourires, même Regina s'en était rendue compte par elle même.

Je déplaçais la chaise en face de son bureau, me plaçant à ses cotés, un léger sourire aux lèvres alors qu'il nous servait en rhum, pur, soit dit en passant. « J'ai bien plus de raisons de rester ici que de lever l'ancre, amour ». Je décidais de ne pas répondre, je savais très bien que c'était à moi qu'il faisait référence, et  me contentais à mon tour de vider le verre d'une traite, tout comme lui. Je laissais échapper un léger rire à la dernière remarque, empiéter sur le temps qu'il me consacrait ? Depuis quelques temps, c'était le jour et la nuit... " Dans ce cas, je ne voudrais pas empiéter sur le temps que tu passes auprès d'elle, je nous resserre un verre et je vous laisse tous les deux en tête à tête..." murmurais-je en souriant, sur un ton presque trop ironique. Je me saisissais de la bouteille de Rhum et nous resservait un verre à chacun, je levais légèrement mon verre en sa direction avant de le vider à nouveau, soutenant un peu trop son regard. " Je ne devrais surement pas être ici, Zelena est quelque part, dehors, avec Gold pour chien de garde mais David voulait que je prenne du temps pour moi... Mais comme tu me l'as dit tu étais en très bonne compagnie. " Et je n'ai rien trouvé de mieux que de venir passer le peu de temps libre que j'ai avec toi... Bordel, le retour à New York se trouvera être beaucoup plus difficile que je ne l'avais prévu à la base.
copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mer 20 Aoû - 17:20


.I'm tired living in the past.

Là était donc toute l'ironie des choses. Abandonner le Jolly pour la belle Swan et finir par s'éloigner d'elle en prétendant que le Jolly avait plus d'importance... Comment pouvait-il lui-même y croire, seulement. Pas avec les souvenirs qu'il avait. Pas en sachant combien l'année oubliée - qu'il était le seul à avoir encore en mémoire - avait été compliqué et pleine de sacrifice pour lui. Combien il avait agi en égoïste et en lâche. Finalement, ne pas avoir d'équipage avait son utilité. Killian n'était pas certain qu'il aurait pu supporter le regard des siens s'ils avaient été là, avec lui. Il portait déjà tant de colère gratuite envers Mouche... Son fidèle acolyte était, effectivement, le seul encore présent, le seul qu'il avait retrouvé à Serenity, tout du moins, mais c'était Mouche et malgré tout ce qu'on pouvait en dire et en penser, ce sale rat lui était d'une fidélité rare pour... bah un rat, justement. Et c'était déjà bien assez difficile de supporter ses interrogatoires sur la raison qui faisait qu'ils n'avaient pas encore levé l'ancre. Raison qui se trouvait justement devant lui et qu'il regarda boire avec la même facilité qu'il avait.

Killian évita le regard d'Emma lorsqu'elle expliqua qu'elle n'allait pas empiéter plus sur le temps qu'il consacrait à son navire et qu'elle les réservait. Ils burent de concert, alors que le coeur du pirate se serrait. S'il avait le choix, bien sûr qu'il la choisirait elle. Il pourrait même, peut-être, faire d'une pierre deux coups et passer le temps nécessaire à la réfection du Jolly, tout en ayant Swan pour compagnie. Mais c'était impossible. Pas quand elle était tentatrice par sa simple présence. Et pourtant, il pouvait voir dans les prunelles de la blonde que son rejet lui faisait mal, que son excuse, bien que passant puisque sincère même si incomplète, ne la rendait pas heureuse et il s'en voulait. Être responsable d'un mal être chez la Sauveuse était tout ce qu'il s'était juré ne jamais faire, mais quel autre choix avait-il aujourd'hui ? Il ne pouvait pas lui dire ce qui le tracassait vraiment et ne pouvait pas lui mentir. Pas parce qu'elle le saurait, mais parce qu'il n'avait plus jamais été capable de lui mentir après leur première rencontre. Swan était une femme méritant la sincérité nue, même lorsqu'elle faisait mal. Elle méritait qu'on la considère comme un être fort et capable de tout, ayant un besoin féroce de savoir qu'elle pourrait toujours compter sur une personne sur sa simple parole et c'était donc ce qu'il s'était échiné à faire depuis le premier jour. Toujours lui dire la vérité, jamais lui mentir, acquérir sa confiance après un long labeur et ainsi, un jour, simplement parce qu'il lui dirait « Je resterais toujours avec toi » en la regardant droit dans les yeux, elle saurait sans douter une seconde que c'était la vérité.

Et puis elle avoua qu'elle aurait dû être en train de travailler pour sauver la ville, mais que son père avait exigé qu'elle prenne du temps pour elle. Étrange non, qu'elle prenne du temps pour elle et vienne à lui... Enfin étrange, non. Terriblement réconfortant quant à la question de ce qu'ils étaient, mais aussi et surtout très douloureux en cet instant. Tellement mauvais timing, songea-t-il. Une semaine plus tôt et il n'aurait pas hésité. Il aurait sorti une boutade quelconque, lui aurait jeté un regard ravageur et aurait envahi son espace personnel. Mais aujourd'hui... il pouvait juste se blâmer pour le mal qu'il leur faisait en se devant de ne pas agir ainsi, de ne pas prendre ce risque. Il sourit néanmoins, ne pouvant pas ne pas réagir à la remarque. « On t'oblige à t'accorder un peu de temps pour toi et tu t'empresses de venir me trouver, amour ? Tu m'en vois flatté. »

Oh il était plus que flatté, pour dire le moins, mais il savait ne pas pouvoir dire autre chose. Mauvaise forme, il le savait. En d'autres circonstances, si tout avait été normal pour lui, il aurait dit bien plus, aurait fait bien plus que servir une troisième tournée, mais dans sa tête, le gros 'attention, terrain glissant' ne cessait de clignoter. « Ton père a raison, Swan. Il te faut te ménager un peu. Entre l'apprentissage de la magie et la recherche d'un moyen de vaincre la sorcière... » Si le deuxième stagnait, il pouvait dire sans mal que l'apprentissage avançait bien. Elle lui en avait fait la preuve encore récemment, lorsqu'elle avait joué avec ses nouvelles acquisitions, allant voir à travers les mondes si Ariel avait effectivement retrouvé son prince ou en jouant à déplacer des objets comme son fidèle crochet. Mais la magie avait un prix, plusieurs même parfois et l'énergie qu'elle nécessitait n'épargnait pas la Sauveuse, quand bien même elle ne le ressentait pas pour le moment. « Que puis-je donc faire pour te divertir ? », demanda-t-il avant de boire son verre.

Qu'aurait-il dû faire ? La pousser à partir ? Prétendre que oui, son tête-à-tête avec le Jolly Roger était plus important que de passer du temps avec elle ? Malgré toute sa volonté d'être un homme de bien, il ne pouvait pas faire ça. Elle comptait bien trop pour lui pour qu'il sache faire preuve d'autant d'abandon de lui-même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mer 20 Aoû - 20:10


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

La vie à Serenity ressemblait en tout points à celle que j’avais eu à Storybrooke, à la différence que nous étions beaucoup plus nombreux, mais tout le monde n’avait de cesse de me considérer comme la Sauveuse. Leur sauveuse, celle qui rétablirait les fins heureuses. Ce qui intimait le fait de ne jamais avoir un seul et unique jour de repos, ou de moment pour oublier le poids que j’avais sur les épaules. Cette année passée à New York, je l’avais vécue sans me souvenir des gens que j’aimais, de ma famille, mes amis, non personne. Seul comptait mon fils, et ma vie était beaucoup plus simple. Je sortais le soir, profitant de la vie normale d’une jeune femme de trente ans, une vie presque trop égoïste dans laquelle seul notre bonheur à Henry et moi nous importait. Mais ça n’avait été qu’une chimère implantée par les souvenirs falsifiés que nous avait offert Regina, juste avant la levée de la malédiction. A Serenity, je savais qui j’étais, et quel était mon rôle, donner un semblant d’espoir au gens qui comptaient sur moi.

Alors pourquoi avais-je pris presque instinctivement le chemin du Jolly Roger quand David m’avait congédié chez moi ? Pourquoi je me retrouvais avec le pirate que je n’avais de cesse de repousser ? Je ne voulais pas y penser, je n’y avais pas le droit. Henry appartenait désormais à New York, sa vie, ses amis s’y trouvaient dorénavant, tout était tellement plus simple pour lui… Même si il commençait à s’impatienter de notre retour à la Big Apple. Hier soir, il m’avait posé d’innombrables questions sur Mary Margaret, les gens qui semblaient le connaître, Serenity, Storybrooke que tout le monde avait à la bouche, et bien sur il m’avait posé la question. «  Maman, c’est à cause de Killian que tu as refusé la demande en mariage de Walsh ? Tu sembles particulièrement l’apprécier… » La vérités sortent toujours de la bouche des gamins, le proverbe lui même semble en être certain. Foutue vie.

A
lors oui, me retrouver dans la cabine du capitaine, à enchainer les verres de rhum en sa compagnie n’était certainement pas le « repos » que m’avait intimé David, mais avec Killian, je me sentais différente. Surement parce qu’il voyait autre chose en moi qu’une simple héroïne, comme il me l’avait dit lors de notre toute première rencontre, j’étais un livre ouvert, son livre ouvert. Killian ? Seulement flatté, et ne tentant aucun moyen pour me faire comprendre que nous pourrions partager beaucoup plus que de simples partenaires d’aventures ?  J’aurai du me réjouir, en me disant que j’avais enfin réussi à le faire fuir, mais je ne sais pas pourquoi je ressentais un certain pincement au cœur. « Ne t’attaches pas Swan, tu sais à quel point ça peut faire mal, ne t’infliges pas ça », semblait me hurler mon esprit.  Je préférais ne pas lui répondre, détournant légèrement le regard en attrapant le troisième verre qu’il venait de me servir, après tout que pouvais-je riposter ?  Du repos… Surement, je me passais légèrement la main dans les cheveux, reprenant un peu d’assurance, l’alcool ambré me donnant surement l’audace dont je nécessitais. « J’aurai tout le temps de me reposer dès notre retour à New York… »  Etais-ce une ultime tentative  de prêcher le faux du vrai en lui rappelant que je n’habiterai pas éternellement à Serenity ? Une manière de savoir s’il avait définitivement tourné la page ? Je ne serai même pas en mesure de vous répondre moi même… Quoiqu’il en soit, je nous resservais un nouveau verre de rhum, apparemment, autant lui, que moi en avions actuellement besoin. « Que puis-je donc faire pour te divertir ? » Me divertir ?  Un léger sourire se dessina sur mes lèvres, alors que je cherchais de nouveau son regard, doucement, je me rapprochais de lui, presque trop dangereusement, une situation presque semblable à celle que nous avions eu à Neverland. Je pourrais sans nulle doute possible, accuser le rhum si je me faisais prendre à mon propre jeu, mais au moins je saurai si oui ou non, il avait définitivement tiré une trait sur moi. « Le Grand Capitaine Crochet m’inviterait il à rester ? Et ainsi priver sa beauté de son capitaine ? » Me bruler les ailes par le passé ne m’avait pas permis de retenir un leçon : l’alcool, peut parfois un peu trop désinhiber et se révéler beaucoup trop révélateur. Ne vaudrait il mieux pas pour moi que je lève l’ancre quand il en est encore temps ?  

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Sam 23 Aoû - 21:43


.I'm tired living in the past.

Ça faisait toujours mal. Peu importe comment elle le disait, peu importe combien elle le disait. L'entendre encore et encore dire qu'elle retournerait à New York une fois la sorcière vaincue, qu'elle ne changeait pas d'avis, jamais... Ça faisait mal. Killian s'était senti revivre ce jour où elle avait ouvert sa porte à New York, quand il avait enfin revu ses iris verts, après un an d'absence et la croyance que jamais plus il ne la verrait. Il avait réalisé à ce moment-là, combien il avait cessé de vivre sans elle et combien il n'avait fait que survivre dans la Forêt Enchantée. Qu'il en était même arrivé à se convaincre qu'avec le Jolly Roger, il pourrait retrouver une existence certaine, mais qu'il s'était trompé sur toute la ligne. Emma Swan avait capturé son cœur et il n'avait jamais plus cherché à le récupérer. Après un an, elle le lui montrait à nouveau, bringuebalandé qu'il était derrière elle, traînant dans son sillage, pauvre petite chose abandonnée, dont elle n'avait même pas conscience. Et elle allait de nouveau le prendre avec elle, loin de lui, le mettre dans un tiroir ou une boite et l'oublier, comme s'il ne le lui avait jamais donné... Comme s'il ne s'était pas entièrement dévoué à elle. Soupirant, il se saisit de la bouteille de rhum, mais bu cette fois directement en goulot, avant de la reposer sur la table avec un bruit sourd de verre contre bois. « Alors souhaitons que cela arrive très vite », céda-t-il froidement, posant un regard brûlant sur le sien. « Tu es forte Swan, et je crois qu'on a déjà établi combien tu étais incroyable dans bien des domaines, mais tu restes humaine et pas infaillible. Si tu t'épuises trop à la tâche pour rentrer le plus vite possible, alors tu montreras des failles que la sorcière n'hésitera pas à exploiter... » Des failles comme moi, apparemment, songea-t-il en sentant la brûlure imaginaire de la malédiction sur ses lèvres. Après tout, le seul drame à son départ était le nombre de cœur brisé qu'elle laisserait derrière elle. Celui de ses parents, qui la perdraient une fois de plus. De Regina, qui après avoir cru pouvoir retrouver son enfant, allait de nouveau le voir s'éloigner sans même l'avoir reconnu un instant. Le sien... pauvre pirate maudit...

Il se força à ne pas y penser plus, cependant et à se concentrer sur elle... Enfin plutôt sur ce qu'il pourrait faire pour elle, pour lui aérer l'esprit. Et il sourit en réponse lorsqu'elle lui demanda s'il l'invitait à rester et à se priver lui-même de la compagnie de son navire. « Si nous restons à bord, je peux profiter de la compagnie des deux plus belles créatures de Serenity sans avoir à choisir l'une par rapport à l'autre », rappela-t-il, tapotant son verre vide du bout des doigts. « Et si tu veux aller ailleurs et bien... Soit ! Que je sois privé de la compagnie de ma beauté pour l'instant. Elle sera toujours là quand tu seras à New York et alors, je lui serais tout entier dévoué ! », ajouta-t-il, ne pouvant empêcher la petite pique de rouler sur sa langue. C'était trop facile et si ça pouvait au moins la piquer assez pour qu'elle comprenne ce qu'il ressentait, alors... tant mieux ? Quelle idée stupide... vouloir lui faire croire qu'il pouvait survivre à son départ, qu'avec le Jolly en main, il pourrait passer outre son départ, alors même qu'il avait échangé toute sa vie, sa maison, pour le simple espoir de la retrouver. Mais il ne devait pas lui dire, jamais. Parce que si elle savait et qu'elle partait quand même, alors s'en était fini de lui. Et s'il lui disait et qu'elle lui cédait ? Cela serait pire. Parce qu'il avait cette foutue malédiction...

« Donc je repose la question Swan », acheva-t-il, comme s'il ne venait pas de mettre du sel sur la plaie. « Que puis-je faire pour te divertir ? Je m'offre à ton service. » Et pour appuyer son propos, il resservit deux verres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Dim 24 Aoû - 18:08


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Dire et affirmer que j’avais réellement envie de retourner à New York ? Non, autant dire que c’était à contre cœur, mais je n’avais pas d’autre choix, je ne pouvais pas donner une vie trop compliquée à Henry. Il n’avait pas retrouvé la mémoire, n’avait aucun souvenir de Storybrooke, la ville ou il avait pourtant grandi pendant 11 ans, ni de sa mère, ou de ses grands parents. Quelle mère voudrait que son fils joue au héro ? Avoir failli le perdre par deux fois m’avait suffi, non, New York apportait une certaine sécurité à Henry… Après je ne pourrais pas lui dire que ça ne me faisait mal de tout laisser en plan, de laisser les gens que j’aime derrière moi, et sans aucun doute, de le laisser, lui… Mais lui dire ne ferait que compliquer encore plus la situation.  Il était temps que j’assume le rôle qui aurait du être le mien depuis la naissance d’Henry, celui de mère. J’avais trop longtemps été rongée par le remord de l’avoir laissé, il était temps pour moi de me sacrifier, malgré tous mes sentiments contraires qui auraient pu me pousser à rester. Pour l’instant, seul Killian était au courant, je gardais le silence pour le reste de notre famille, Regina y compris.

Je soupirai légèrement en le voyant boire au goulot de la bouteille et voir que ma déclaration l’affectait, dans un élan d’affection j’aurai presque eu envie de le prendre dans mes bras, tenter de lui dire que je n’en avais pas envie mais que nul autre choix ne s’exposais à moi…. «  Je sais que je ne suis pas infaillible Killian, et ne crois pas que l’idée de rentrer à New York me tarde, mais pour Henry… Je n’ai pas le choix, il n’a plus sa place ici… Sa vie est à New York. » J’évitais de dire que le choix de rentrer à New York reposait également sur un éventuel retour de ceux qui comptait pour moi au cœur de la forêt enchantée… Je me retrouverai à nouveau seule, une gamine perdue comme je l’avais été pendant 28 ans… Non je n’étais pas prête à revivre ça, au moins, le choix de partir était mien, le départ se révèlerait moins difficile que si il relevait de l’abandon.  Tout du moins c’est ce dont j’essayais de me persuader. Sans attendre qu’il ne nous resserve en Rhum je m’en resservais un que je bus tout aussi rapidement.

U
n sourire se dessina de nouveau sur mes lèvres alors qu’il me faisait comprendre que c’était à moi de choisir le lieu ou j’aimerai aller, qu’on reste à bord, ou que je décide de sortir en ville, ou ailleurs… Parfois Killian était un véritable livre ouvert, mais ces derniers temps, j’éprouvais plus de mal à le comprendre. Il m’évitait, mais dès que je me trouvais dans son sillage, il ne voulait pas que je parte… C’était à ne rien comprendre. Je détournais le regard, en sentant le pique dans sa voix, inutile de gâcher notre moment, et de me sentir coupable. Après tout il le disait bien lui même, il n’aurait aucun mal à me remplacer par son Jolly Roger… Que répondre à ca et au fait que j’allais tout de même laisser un vide qu’il comblerait cependant par son bateau. Une vie de pirate l’attendait, c’est ce que je me devais penser, je n’étais qu’un escale dans sa vie… «  Fais attention à ce que tu dis Killian, la proposition de t’offrir à mon service peut être véritablement tentante… » murmurais- je tout en pimentant mes paroles d’un clin d’œil, le rhum m’aidant surement à oublier le fait qu’il venait tout juste de me reprocher mon choix de quitter la ville dès que le problème ‘’Zelena’’ serait affaire ancienne et classée.  

Je bus le nouveau verre en soutenant son regard, avant de me lever de ma chaise, me saisissant la bouteille de rhum. «  Que dis tu que je te donne un coup de main à prendre soin de ta beauté ? Tu disais que tu avais besoin de membres d’équipage… je suis ton homme ! » Mais tandis que je commençais à m’avancer vers la porte, je sentis les effets des nombreux verres de rhum faire effet, ma démarche n’étant certainement pas aussi droite qu’elle aurait du l’être… Je me retournais vers lui, la bouteille de Rhum toujours en main, j’en pris une gorgée avant d’ajouter en souriant  et de reprendre ma place initiale à ses cotés, rapprochant un peu plus ma chaise de la sienne: « Quoique non… Mauvaise idée pour l’instant. Tu as un jeu de cartes ? A moins que tu n’ais autre chose à me proposer… »   Un sourire se dessina sur mes lèvres, peut être un peu trop révélateur de sous entendus, surement trahissant ce que je pouvais ressentir pour lui, ce que je m’évertuais à cacher et à lutter ardemment contre. Pauvre de moi, je devrais freiner sur le rhum. Pour nous deux. Je me rapprochais un peu plus de lui, plongeant à nouveau mes yeux dans les siens, ignorant dans toute sa splendeur les suppliques de ma conscience. « Nous n’en avons pas reparlé mais as-tu tenu promesse ? Tu m’avais dit qu’il ne se passerait pas une minute sans que tu ne penses à moi… » Terrain ô combien glissant sur lequel je m’engageais, mais c’était trop tard, la bombe était lancée…
 

copyright Bloody Storm
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Dim 24 Aoû - 22:17


.I'm tired living in the past.

Il jouait à un jeu dangereux et il le savait. Il aurait dû l'éloigner de lui, mais il n'y arrivait pas. C'était Swan. Sa princesse, son... espoir. Il ne pouvait pas s'éloigner et il ne pouvait pas la repousser, peu importe combien il essayait. Et puis elle allait partir, retourner à New York, le quitter et l'abandonner là, bien trop vite à son goût, quand bien même cela prendrait des années. Elle allait partir et elle avait beau prétendre que c'était pour Henry, il savait que c'était pour elle et uniquement pour elle. A New York, elle avait été normale. Une femme sans attaches, sans problèmes autres que les soucis du quotidien, avec personne d'autre que son fils comptant sur elle. Elle avait été une mère, une jeune femme belle et brillante. Elle avait été exactement tout ce qu'il voyait de merveilleux en elle en dehors de sa magie et de son rôle de Sauveuse et elle n'avait pas eu les problèmes d'une héroïne. Elle n'était qu'une anonyme. Un être normal. Mais elle était aussi une fille perdue, là-bas. Une enfant abandonnée, une orpheline qui n'avait que pour famille l'enfant qu'elle n'avait au début pas désiré, mais qu'elle avait été dans l'incapacité d'abandonner, même pour lui offrir une vie meilleure que celle qu'une enfant en prison pouvait lui offrir. Elle était sa Swan, mais elle était différente d'elle-même. Il soupira. Elle n'en démordrait pas et certainement pas ce soir. Il ne pouvait rien rajouter qu'elle écouterait. Et puis de toute manière, il avait le sentiment d'avoir déjà tout dit. Il lui avait offert son cœur, lui avait exposé ses sentiments, lui avait fait comprendre qu'il était contre l'idée qu'elle fuit en avant, loin de cette vérité qu'elle n'arrivait pas à accepter. Que pouvait-il faire de plus ?

Elle s'amusa du fait qu'il s'offre à ses services, menaçant de le prendre au sérieux et il sourit, frissonnant malgré lui à l'entente de son nom roulant sur la langue de la blondinette. « Toujours... », souffla-t-il tout bas, retenant mille sous-entendus pervers qu'il aurait pu donner sur toutes les manières dont il s'offrait à elle, corps et âme.

Et puis elle se leva et accoudé sur la table, Killian la regarda faire quelques pas chancelant, la bouteille de rhum à la main souriant à la vision. Dans toute autre situation, dans tout autre lieu, il se serait inquiété de la voir ainsi, enivrée plus que de raison par l'alcool et prête à s'offrir en homme de main, mais là, pour lui, ici sur son bateau, il s'en amusait, se disant qu'après tout, elle en avait besoin et était assez grande pour savoir s'arrêter si elle n'avait vraiment pas eu l'intention de se saouler. Elle était sur le Jolly Roger et bien que David serait probablement totalement réfractaire à la situation, Killian, lui, savait que le lieu était propice à ce dérapage. Sur son navire, elle était en sécurité. Il ne laisserait rien lui arriver et cela semblait la détendre, ce dont elle avait cruellement besoin.

Puis Emma revint vers lui, installant sa chaise plus proche, buvant encore et quémandant un jeu de carte ou toute autre chose. Une nouvelle fois, Killian du se mordre la langue pour ne pas laisser son esprit et ses mots divagués. « D'accord, je crois qu'il est temps d'arrêter cela », se mit-il à rire en glissant doucement sa main sur le poignet d'Emma, lui retirant la bouteille des mains pour la mettre un peu plus loin sur la table, sans quitter ses prunelles émeraudes du regard. Son sourire se dissipa peu à peu, alors qu'elle lui demandait s'il avait tenu sa promesse. Oh ça n'était pas une vraie question, juste un rappel de ce qu'il lui avait juré lorsque leur dernier moment ensemble était arrivée et la question muette, caché sous toute la retenue qu'elle avait quand il s'agissait de ce « nous » qui leur faisait si peur à tous les deux. « Pas une seconde... », murmura-t-il, posant son regard azur sur son visage, en imprimant chaque détail dans sa tête et dans son cœur. Doucement, il leva son bras mutilé, glissant son crochet contre les mèches blondes de la Sauveuse, son regard fasciné par le contraste entre ses cheveux d'or et l'argent froid de son appendice métallique. « Aussi fort que j'ai essayé, aussi désespérément que je l'ai souhaité, pas une seconde n'est passé sans ta présence, là, tout près... Et si loin de moi. Je t'ai cherché partout dans mes cauchemars et dans mes nuits d'insomnies... J'ai cru te voir si souvent au coin d'une rue, mirage éphémère fait pour me briser... Chaque appel de ton nom, porté par une autre dans ce pays où tu n'étais pas, était un crève cœur sans nom, Emma... » En parlant, il s'était rapproché, si près, beaucoup trop près, trop profondément entrée dans l'espace vital de Swan, trop proche de ses lèvres, son souffle trop présent sur son visage. Il soupira et s'arracha douloureusement à cette proximité, se levant sans la quitter des yeux, avant de se détourner pour aller chercher quelque-chose dans un tiroir. « Je te demanderais bien si je t'ai manqué autant que tu m'as manqué, mais toi et moi savons que cela est impossible... » Puis il se retourna, jetant sur la table un paquet de carte vieux comme le monde, le carton autrefois blanc jauni par les années et les aléas, les coins éraflés, déchirés, pliés, signe de siècles et de siècles passés à être manipulé. « Un jeu en particulier te ravirait, amour ? », demanda-t-il la voix libre de toute souffrance, au contraire de son cœur et de son esprit, comme s'il ne venait pas de lui confessé avoir vécu l'enfer pendant un an. Comme s'il n'y avait pas un autre moment, une autre action, qui pouvait leur faire se poser mille et une question. Comme si le baiser tenté au jour de leur retrouvailles n'était pas en train d'envahir son esprit à en lui faire exploser la tête.

En se réinstallant à la table, Killian fit bien en sorte de se mettre de l'autre côté de la table, laissant le bois faire barrière entre eux et empêcher leurs corps de se retrouver et ce baiser de risquer pointé le bout de son nez. « Je ne suis pas certain d'être fin connaisseur des jeux de cartes de ton monde », avoua-t-il en saisissant la bouteille de rhum qu'il fit tourner dans sa main, observant le liquide ambré.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Lun 25 Aoû - 22:00


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Je n’aurai donné ma place actuelle pour rien au monde, je ne sais pas si c’était l’alcool qui me faisait ressentir ça, mais incroyablement, malgré la menace extérieur, je me sentais à ma place. Comme si j’appartenais à tout ça, comme si je ne pouvais pas retourner à New York sans faire la plus belle erreur de toute ma vie. Chasser cette pensée de mon esprit était nécessaire, sinon je serai bien capable de laisser tomber les armes. Mais ce serait donner à Zelena bon nombre de possibilités pour m’atteindre à travers mes proches. Grave erreur à ne surtout pas faire, ce serait les mettre en danger, ainsi que le reste de la population de Storybrooke. Je n’avais pas le droit de laisser parler mes sentiments, pas le droit de faire passer mes désirs en priorité. Aucune pointe d’égocentrisme n’était permise quand on est la sauveuse, ce n’est pas un trait de caractère que l’on peut parfois avoir. Jamais. Mais pour une unique fois depuis que j’étais de retour, je n’avais plus envie de penser à tout ça, aux malédictions, au poids qui reposait sur mes épaules. Non, juste Hook et moi, entre les planches du Jolly Roger. C’est déjà pas mal non ?

L’alcool n’est certainement pas la solution à tous les problèmes de notre monde, mais il m’aidait pour l’heure à penser à autre chose, à décompresser et laisser les soucis s’évaporer loin de ma conscience. Du temps pour moi, après tout, David n’avait pas tord, le monde ne s’arrêterait pas de tourner sans ma présence… Si jamais l’éventualité de rester flirtait un jour avec mon esprit, c’est ce que je devrais apprendre à faire : prendre du recul pour me permettre de me retrouver avec les gens que j’aimais, vivre comme si rien d’autre n’importait que le moment présent sans avoir sans cesse l’appréhension qu’un danger pourrait rôder à n’importe quel moment. Il répondit enfin à la question piège que je lui avais posé, et contre toute attente, moi qui m’attendais à ce qu’il nie magistralement le fait que j’ai pu lui manquer, étant beaucoup trop absorbé par les milles et unes aventures qui l’attendaient sur les mers, non, il me fit une véritable confession, ou dirons nous, une déclaration à laquelle je ne m’attendais absolument pas. Un frisson me parcourut l’échine, sans que je ne puisse le retenir. Je lisais dans ses yeux toute la sincérité que j’espérai, non, le mensonge n’était pas présent dans ses mots. Il m’ouvrait son cœur sur un plateau, si bien qu’à l’entente de ses confessions, nous nous étions rapprochés, peut être un peu trop, si bien que je pouvais sentir son souffle sur ma peau. Beaucoup trop perturbant, pour que ça en reste là, sur de simples paroles, un tapotement amical dans le dos… Non, je ne pouvais pas me contenter de ça…

E
t si je lui faisais enfin confiance, tout du moins, si j’arrivais enfin à voir l’éventualité d’un nous… Killian n’était pas comme Walsh, non, je pouvais véritablement lui ouvrir mon cœur, mais comment réagirai-je si une nouvelle malédiction finissait par nous séparer… Je me rapprochais de lui,  m’attendant à ce qu’il m’embrasse, et autant avouer que je n’y aurai émis aucune résistance… mais contre toute attente, il se leva, ne me quittant pas du regard. Comment devais-je réagir ? Bonne question, je restais pantoise, ne comprenant pas véritablement tout ce qui pouvait passer par la tête du pirate. S’attendait il à ce que ça soit moi qui fasse le premier pas ? Je finissais par baisser les yeux quand je l’entendis me dire qu’il m’aurait bien demandé si il m’avait manqué autant que moi j’avais pu lui manquer, mais qu’il savait que la réponse était négative… Je relevais les yeux vers lui, un léger sourire aux lèvres «  Hook… Si Henry et moi avions pu vous suivre au cœur de la Forêt enchantée, je l’aurai fait sans hésiter. Je n’aurai jamais eu le courage de vous laisser, de te laisser Killian… » je finissais ma phrase dans un murmure tandis qu’il balançait un jeu de cartes sur la table...

Un jeu de cartes, il aurait pu être en or pur, il aurait eu tout autant d’attention de ma part…  Ce qui signifie aucune. Il partit s’asseoir de l’autre coté de la table. Autant avouer que j’étais perdue, complètement à l’ouest, je n’avais plus envie de faire un jeu de cartes, tout du moins, pas maintenant alors qu’il venait de me dire qu’il avait simplement survécu sans moi.. Non. Je secouais la tête doucement, tentant de reprendre le fil de la conversation. « Un Poker… Tu dois surement connaître… mais attends Killian, tu ne peux pas m’avouer que l’année passée sans moi a été un infernal calvaire et changer aussitôt de sujet… » Je me levais, toujours plus ou moins chancelante, et m’avançais de la chaise où il était assis, me mettant dans son dos avant de passer mes bras autour du cou du pirate, nichant mon visage au creux de celui ci. Jamais sans les effets de l’alcool, je n’aurai été capable de prendre le moindre risque, et pourtant… « Que t’arrive t-il en ce moment ? Je n’arrive plus à te comprendre… Je sais que c’est moi que tu fuies depuis quelques temps, mais quand je suis avec toi… C’est juste différent. » Je lui déposais un baiser dans le cou, me saisissant de la bouteille de rhum dans ses mains avant de repartir à ma place, et de boire une nouvelle gorgée de Rhum, soutenant son regard azur du mien. Baisser les armes n’était certainement pas le bon moment, mais sous mon costume de sauveuse, j’étais avant tout humaine. Une humaine avec ses failles et ses faiblesses.  
 

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mar 26 Aoû - 18:26


.I'm tired living in the past.

J'aurais dû la repousser. J'aurais dû la faire fuir, lui dire de partir, ne pas lui parler de mon vécu pendant cette année loin d'elle, ne pas jouer avec le feu... J'aurais dû agir en homme, pas en pirate. Mais j'étais un pirate, après tout. Et les pirates ne savaient définitivement pas abandonner un trésor quand ils l'avaient sous les yeux. Peu importe la malédiction qu'ils devaient subir en contrepartie. Et Emma Swan était de ses trésors qui valaient largement toutes les prises de risque du monde. Le plus fabuleux des trésors et Killian se plaisait à croire que d'une certaine manière, il avait déjà une bonne main mise sur ce trésor.

Un trésor beaucoup trop alcoolisé, ne pouvais-je m'empêcher de me dire, alors que je voyais les traces du rhum dans son regard, dans ses joues légèrement rosés et l'inaction qui la frappait suite à l'aveux que lui venais de lui faire. Oui, il n'avait cessé de penser à elle. Pas une seule seconde, malgré tous ses efforts et rien, pas même sa précieuse beauté de voile et de bois, n'avait pu le faire échapper à la douleur de son absence, au manque de sa présence. Il avait cru - à tort - que retrouver son navire et le garder l'aiderait à l'oublier elle. Mais ça n'avait été qu'un leurre, qui n'avait même pas duré une journée. Un tel aveux aurait dû la faire fuir. Pas la laisser interdite et inerte face à lui. Du moins pas bien longtemps avant qu'elle ne lui tourne le dos ou ne change de sujet. Il vit aussi l'alcool dans l'assurance avec laquelle elle lui fit l'aveux que jamais elle ne les aurait abandonnés si elle avait eu le choix. Si elle avait pu venir avec eux dans la Forêt Enchantée. « Je n'aurais jamais eu le courage de vous laisser, de te laisser Killian... » Il frissonna une fois de plus, à l'entente de son nom, de l'implication de ses mots. Elle ne les aurait jamais laissés, mais entre eux tous, elle ne l'aurait pas laissé lui non plus. Là était bien une preuve qu'il comptait, quelque part, malgré tout. Non ? Alors, quand arriva enfin le moment qu'il attendait - celui où elle cédait à ses pulsions primaires et prenait la porte de sortie qu'il lui avait offert en parlant de jeu de carte - il sourit... Sourire qui s'évanouit bien vite quand il fixa ses prunelles émeraudes, alors qu'elle lui disait qu'il ne pouvait pas lui avouer ce genre de choses et ensuite changer de sujet. Pourquoi pas ? Elle le faisait tout le temps après tout. Sauf qu'elle le fuyait et elle faisait cela dans ce but. Lui, il ne la fuyait pas. Jamais. Il n'aurait donc pas dû réagir comme ça.

Emma se leva alors et il la regarda simplement faire sans réagir, la laissant partir dans son dos sans chercher à maintenir le contact visuel. Puis il sentit les mains de la Sauveuse venir autour de son cou, alors qu'elle pressait son corps contre son dos. Il frissonna sous l'effet du souffle de la blondinette dans son cou, du baiser qu'elle y déposa alors qu'elle lui demandait, une fois de plus, ce qu'il pouvait bien cacher. Et Killian serra les dents. Il ne pouvait pas lui dire. Il ne pouvait pas la blesser. Pas comme ça. En pleine réflexion, il la regarda donc lui prendre la bouteille de rhum et retourner s'installer à sa place pour en boire à nouveau. Était-il vraiment en position de réitérer combien il était stupide d'abuser ainsi de l'alcool ? Jouant avec les bagues à ses doigts, le pirate regarda la jeune femme un moment, sans rien dire, glissant sa langue sur l'intérieur de sa joue. Il devait lui dire. Il ne pouvait pas continuer comme ça. Mais s'il lui disait, alors il mettait Henry en danger et ça, il ne pouvait l'accepter. Il pouvait être responsable de bien des choses et assumer bien des erreurs, mais pas celle de séparer la mère et le fils. « Crois moi, amour. Je fais ce qui doit être fait pour vous protéger. C'est tout ce qui compte. Et tu es là pour te divertir, pas pour te prendre la tête avec de vilaines histoires, donc... »

Se redressant, il tira le paquet de carte et commença à les mélanger. « Poker hein ? Il y a bien des versions de ce jeu Swan. A Neverland, on pariait des... non, mieux vaut ne pas penser à cela. Mais je me souviens de ce petit port, à quelques miles du château de tes parents. Une jeune fille assez charmante m'a appris à jouer à une version plus... amusante ! Le perdant retirait un vêtement, vois-tu. » Il souriait de plus belle, repensant à ce jour où il avait - il fallait l'avouer - bien failli perdre jusqu'à son pantalon. Heureusement qu'il avait vite compris la version du poker à laquelle la demoiselle le faisait jouer et rapidement, avec quelques petits tours de passe passe, Killian avait pu rattraper son retard et ce fut la demoiselle qui termina complètement nue sous son regard. « J'en garde un bon souvenir, même si c'était il y a plusieurs siècles. Est-ce la version qui t'intéresse ? » Lui en tout cas, était très friand de l'idée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mer 27 Aoû - 1:29


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Accepter donner ma confiance à Killian était une des épreuves les plus ardues que je me devais de surmonter. Mais après tout, je lui faisais déjà confiance pour s’occuper de Henry, mon fils, ma chair, alors pourquoi ne pas le laisser pénétrer un peu plus dans ma vie et dans mon cœur ?  Je repoussais nonchalamment la bouteille de rhum sur la table, peut être devrais-je y aller un peu plus doucement, de toute raison elle restait à porté de main, aussi bien pour lui, que pour moi. Je tentais par tous les moyens d’analyser la situation tant bien que mal, mais autant dire que ça tournait en rond, à la manière du serpent qui se mord la queue. Killian était… Déconcertant, ces mots étaient en totale contradiction avec ses gestes.  Je l’avais pourtant senti frissonner à mon contact, mais il semblait être tellement sur la retenue que s’en était presque inquiétant. Ou était passé le Hook qui j’avais connu à Neverland celui qui alliait action et paroles ? Le Hook que j’avais connu m’aurait déjà embrassé depuis longtemps, surtout de la manière dont je m’étais enfin ouverte à lui. Deviendrait il plus doux, mais également plus méfiant envers moi aux vues de ce que j’avais pu lui dire par le passé ? Depuis que j’étais revenue parmi eux, je n’avais de cesse de le repousser, de lui dire que je rentrais à New York une fois Zelena vaincue. Si il était frileux, alors pourquoi me faire de véritables déclarations ? C’était à en perdre complètement l’esprit. Notre parcours avec Killian était loin d’être facile, non, loin de là… Il était tortueux, avec un bon nombre d’encarts, de chutes, et quelques zones de lumière malgré tout. Notre histoire était en quelques points semblables à celle de mes parents, ma mère n’avait eu de cesse de repousser mon père pour enfin lui tomber dans les bras et pourtant… Personne ne se douterait de ça quand on les voit aujourd’hui.

A la différence que j’avais eu un bon nombre d’erreur de parcours, contrairement à ma mère, je n’avais pas un espoir sans failles ni limites, bien au contraire et surtout je ne voulais pas risquer de me faire briser le cœur à nouveau. Se relever une fois relevait du miracle, deux fois, c’était presque surhumain, une troisième fois m’achèverait pour sûr.  Alors oui, j’étais frileuse, mais le voir à son tour ne pas agir… Ca fait horriblement mal, oui je dois l’avouer. Je me rendais compte que c’est ce que je faisais subir à Killian depuis qu’il était venu me chercher à New York… Et pourtant il s’était accroché comme jamais, allant même jusqu’à me dire qu’il était content que mon cœur soit brisé, parce qu’il signifiait qu’il marchait encore. Killian carburait depuis à l’espoir que je baisse les armes, il avait eu la patience nécessaire, ne bronchant pas, restant à mes cotés malgré les indénombrables piques que je pouvais lui lancer sans même sourciller.  Comment pourrais-je douter un instant de sa sincérité ? Après tout je méritais ce qui m’arrivait, et n’avais qu’une seule et unique personne à blâmer : moi même. Comment lui en vouloir ? Surtout sachant que j’avais fais mon choix et que je ne comptais pas rester à Storybrooke… Quoique pour être sincère, en ce moment même j’étais tout simplement perdue. A Storybrooke Henry avions notre famille, a New York, ville ou l’anonymat règne en maître, on ne pouvait compter que sur l’autre… Comment réagiraient mes parents ? Régina ? et Hook… Sans le vouloir je le condamnais. Même si je ne doutais pas un seul instant de son pouvoir de séduction sur la gente féminine.

D

e quoi parlait il ? Nous protéger ? N’étais-ce pas avant tout mon boulot de sauveuse et de shérif de garantir la sécurité de chacun et donc par définition, la mienne. Qu’est ce que Killian me cachait ? Mon sixième sens me soufflait de lui faire confiance, qu’il gérait la situation, que tout se passerait bien, mais qu’effectivement quelque chose ne tournait pas rond. De quelles vilaines histoires pouvait il bien parler ? Je me redressais sur ma chaise, ne quittant pas ses prunelles turquoise des yeux. « N’est ce pas avant tout mon rôle de tous nous protéger ? Ne te met pas en danger pour nous … C’est simplement ce que je te demande, Hook.  Et si ces vilaines choses tournent mal, parles moi en, à deux on pourra toujours s’en sortir. » Je décidais de ne pas m’étendre sur la question, non, comme il le disait, profitons du cours répits que nous avions, on pouvait subitement m’appeler pour une catastrophe en ville et écourter notre moment.

Il s’empara bientôt des cartes, commençant à les battre, avant de me proposer une version un peu plus osée du Poker… En gros, il me proposait un stip poker, en temps normal, j’aurai presque été capable de lui mettre une baffe et de partir (surtout pour ne pas succomber à la tentation, moins on la provoque, plus on l’évite) , mais autant dire que le rhum aidant j’étais amusée par l’idée… Un léger rire glissa entre mes lèvres, laissant pour finir place à un large sourire, quoique un brin agacée que ce soit une demoiselle, qui plus est près du château de mes parents, qui lui avait fait connaître la variante. Jalouse ? Moi ? Non, vous devez faire erreur. « Evites de rentrer dans les détails de cette fameuse soirée près du château de mes parents… Mais dans mon monde, c’est ce qu’on appelle le Strip Poker dans mon monde Hook. Mais tu ne sais pas dans quelle aventure tu t’engages en y jouant avec moi... » Soufflais-je, un nouveau sourire plus qu'évocateur aux lèvres. Mon année passée en prison m’avait permis d’être une véritable as au poker, la principale monnaie d’échange se faisait en cigarettes, et bien que je ne fume pas, ça pouvait s’avérer très utile, croyez moi.  «  Va pour cette version… Mais dans mon monde on se rapproche un peu plus que ça, viens à coté de moi tu es beaucoup trop loin… »  Dis-je dans un mouvement de tête, une nouvelle règle, inventée pour combler le fait que j’avais besoin de sentir sa présence à coté de moi, surement beaucoup plus dangereux que si il ne restait bien sagement sur sa chaise de l’autre coté de la table. Mais tellement moins amusant. « Et le perdant dans l’histoire, il y gagne quoi ? Choisis avec soin, ça te concerne... » Je concluais en lui adressant un clin d’œil on ne peut plus appuyé. Lets play Captain !

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mer 27 Aoû - 18:19


.I'm tired living in the past.

C'était tellement frustrant de la sentir s'ouvrir, se confier librement, se montrer plus... désireuse. Quel mauvais timing. Il fallait qu'il doive se priver d'elle pour qu'elle soit plus entreprenante que jamais... A croire que se croiser était leur jeu le plus récurrent. Plus il la voulait et plus elle le repoussait. Plus il la laissait partir et plus elle venait vers lui. C'était un jeu fatiguant à force et il aurait voulu que les choses soient plus simples. Mais si elles avaient été plus simple, après tout, il n'aurait pas sombré pour elle. Pas qu'il ait besoin qu'elle le rejette pour qu'il soit attiré, mais Emma Swan était une femme coriace, déterminée dans tout ce qu'elle faisait et c'était une des choses qu'il aimait le plus chez la femme devant lui. Elle était brisée et n'avait confiance en personne et surtout pas en un homme désirant ardemment ses faveurs et sur ce point, ils se ressemblaient tant et ils apprenaient tellement l'un de l'autre. Même s'il faisait le fort, le séducteur et l'homme qui voulait prendre du plaisir plus que tout, les filles faciles pouvaient combler ses nuits, pas son coeur. Emma Swan, en lui résistant, avait attisé sa curiosité et l'avait obligé à aller creuser plus loin que la femme séduisante qu'il voulait mettre à genou par défi. En se montrant si réticente à le laisser gagner ce jeu, elle l'avait poussé à en savoir plus, à découvrir ses faiblesses autant que ses forces et à lui donner bien plus qu'il n'en avait donné depuis Milah. Il avait donné sa confiance, sa vie, son allégeance et son coeur. Peu à peu, il avait laissé tomber ses propres barrières pour les beaux yeux de cette fille fragile et cruellement en manque de tout cela. Le jeu de séduction pour gagner la partie était devenu véritable désir de devenir quelqu'un par elle et il l'avait fait sans plus d'arrière pensée, sans même attendre qu'elle éprouve la même chose pour lui dans l'instant... peut-être même jamais... tant qu'elle lui laissait une chance d'être là et de voir son bonheur se concrétiser. Devoir cesser cela, devoir la repousser et voir la blessure dans ses yeux... cela lui était intolérable.

Emma demanda si ça n'était pas son rôle à elle de protéger les gens lorsqu'il lui confia agir au mieux pour les protéger et il eut un petit sourire ironique lorsqu'elle lui intima de ne pas se mettre en danger pour eux, pour elle, que c'était tout ce qu'elle pouvait lui demander. Elle voulait qu'il lui parle s'il devait vraiment être dans les ennuis et qu'elle voulait l'aider, qu'ils s'en sortent tous les deux. La grande équipe Swan/Jones le retour. Ça leur avait toujours réussi jusqu'à présent, mais là, malheureusement, s'il voulait avoir une chance, il devait la maintenir hors de l'histoire. Il n'avait pas le choix. Même si tout ce qu'il voulait, c'était partager avec elle, comme il l'avait toujours fait. Sauver tout le monde avec elle. Comme il le faisait depuis leur rencontre. Inspirant un grand coup, il baissa les yeux à nouveau. Ma vie pour la tienne, Swan, songea-t-il sans oser le dire, par crainte de ce qu'elle pourrait dire, penser ou faire, s'il entrait sur ce terrain. Ma vie pour la tienne... toujours.

L'espace d'une seconde, il crut voir une pointe de jalousie dans le regard d'Emma lorsqu'il lui parla de cette fille avec qui il avait joué. Il s'abstint bien sûr de parler des détails... peu glorieux de l'histoire, comme la petite vertu de la donzelle. C'était il y a si longtemps, de toute façon et la brune aguicheuse lui semblait si fade désormais, comparé à la blonde flamboyante qui lui faisait tourner la tête. « Jalouse, Amour ? », ne put-il s'empêcher de demander, cependant, se léchant la lèvre à l'idée.

Et puis elle le menaça de jouer, lui assurant qu'il perdrait face à elle, ajoutant que dans son monde, ce jeu se jouait avec plus de proximité qu'il n'en avait pour l'instant. Il sourit, mais hésita à venir auprès d'elle comme elle le quémandait. Pouvait-il prendre le risque ? Pouvait-il s'approcher si près de la flamme sans finir par se brûler ? Si elle commençais à se dévêtir devant lui, il serait perdu, il le savait. Il ne pouvait pas prendre le risque d'un baiser. Mais comment lui dire non ? Comment lui refuser de la proximité ? Comment lui refuser un jeu des plus avantageux ? Comment refuser de se brûler contre Emma Swan ? « Dans ma version, il n'y a pas de table pour cacher les... » son regard glissa vers le bas, comme s'il pouvait voir l'objet convoité à travers le bois et le jean et le petit tissu doux qu'il avait déjà vu dans les boutiques et qu'ils appelaient 'sous-vêtement'... « Mises du perdant... » Puis doucement, il se redressa, le regard brûlant d'envie, assombrit par l'anticipation du jeu bien trop dangereux qui était déjà le leur. Oh oui, le jeu avait bel et bien commencé, alors même qu'il n'avait pas encore distribué. « Es-tu sur de toi, Swan ? Je te rappelle que j'ai plusieurs siècles de pratique. »

Killian se leva alors qu'elle lui demandait de bien choisir le gain du perdant, prenant sa chaise avec lui, pour venir la placer du même côté de la table qu'elle, complètement au bord de celle-ci. « Dis-moi une chose. Le perdant n'est-il pas justement celui qui ne doit rien gagner dans l'histoire ? » Swan en perdait-elle son latin ? S'approchant de la blondinette et la déplaça aussi pour que les deux chaises se retrouve en face à face. Quand il vint se rasseoir, il avait une vue imprenable sur tout le corps de sa Swan et se retrouvait assez proche d'elle pour que leurs genoux se touchent, mais assez loin pour avoir le temps de prévoir un retrait en cas de... pulsion incontrôlable. Espérons que la distance entre eux suffirait à ce qu'il reprenne ses esprits si elle le poussait trop loin. Lui offrant un beau sourire ravis, il ne put que s'exclamer d'un « Aaaah » de contentement en se léchant la lèvre. « Voilà qui est bien mieux. Et si tu commençais dès à présent à te dévêtir Swan ? Cela nous ferait gagner du temps et l'idée n'est pas désagréable. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Sam 30 Aoû - 1:05


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Je ne sais pas pourquoi précisément aujourd’hui je me décidais enfin à lui faire comprendre une partie de ce que je ressentais tout au fond. Etais-ce le rhum qui me parcourait les veines ? La déclaration qu’il m’avait faite ? Les sentiments trop longtemps enfouis et reniés ? Ou ce foutu prétendu retour à New York qui me laissait croire que je n’avais désormais rien à perdre ?  Surement un mélange de tout ça. Killian… Il y avait toujours eu cette attirance, cette profonde combustion qui nous poussait sans cesse à jouer, mais aujourd’hui le jeu était bien trop dangereux, beaucoup trop tentant pour qu’on ne s’y brule pas. Killian avait débarqué dans ma vie au mauvais moment, si je l’avais croisé quand j’étais encore orpheline, je n’aurai rien à perdre,  je me serai beaucoup moins posé de questions. Tout aurait pu être si simple. Mais après tout, ces complications que nous avions connues ne cimentaient-elles pas notre relation, si de relation je pouvais parler ? Killian était en tous points différent de Neal, avec Neal tout était plus calme, posé, avec le capitaine, il y avait ce mélange de passion, de feu qui nous consumait petit à petit. Et sa sincérité, cette sincérité qu’il ne pouvait avoir qu’avec moi,  mon cœur n’avait pas décéléré depuis qu’il m’avait avoué que mon départ, ou plutôt son retour au coeur de la forêt enchanté avait été un véritable enfer. Parce que dans cette vie là, je n’y étais pas… Comment ne pas succomber ? Comment ne pas avoir envie de se jeter dans ses bras… Depuis que Hook était entré dans ma vie, il avait tiré la carte de la rédemption, pour moi, malgré tout ce que cela avait impliqué… Seul Neal m’avait un jour autant aimé. Mais contrairement à Neal, il ne m'abandonnerait pas, je savais au fond de moi, Hook ne le ferait pas de son plein gré, même si on lui mettait le couteau sous la gorge.  La seule chose qui avait réussi à me séparer de lui, et des gens que j’aimais, c’était la levée de la malédiction noire. Et encore, Killian était celui qui avait réussi à me retrouver, à me ramener à Serenity… comment ? Cela restait un véritable mystère, mais l’important c’était qu’il avait réussi à me rejoindre.

Alors de quoi avais-je peur ? De mes propres sentiments, de laisser mon cœur pour une fois parler à la place de ma raison, de le laisser prendre cet élan que je ne lui avais permis qu’une seule et unique fois, à Neverland… Lui et moi, formions une équipe du tonnerre, Swan et Jones, à la fois si proches et pourtant si éloignés l’un de l’autre… Mon regard se porta de nouveau sur lui,  avec presque trop d’insistance, les fameux yeux de biche dont me parlait Regina avant qu’on ne commence le fameux entrainement de magie pour vaincre Zelena. J’étais la seule à le nier, à nier le fait qu’il ne me rendait pas si insensible que je pouvais le prétendre, et ce n’était pas parce qu’il était un pirate séduisant au possible, non c’était bien plus que ça. Bien plus fort que ce que j’avais pu ressentir dernièrement pour Walsh. Alors oui, la seule chose qui m’effrayait au delà de cette fichue sorcière qui rodait en ville, c’était ça, de faire face à mes sentiments….

J

’arquais un sourcil quand il me fit la remarque concernant ma jalousie. Fais attention Swan à trop jouer avec le feu tu risques de t’y brûler, n’avais de cesse de me hurler mon esprit. Mais l’imaginer avec une autre, même si cette histoire de poker c’était déroulée il y a plusieurs siècle en arrière, me faisait une sorte de véritable pincement au cœur. Comme lorsque l’on touche une corde un peu trop sensible. «  Et si je te disais que moi aussi j’avais joué à ce fameux jeu, avec un certain homme particulièrement séduisant… Comment réagirais-tu ? Ne serait-ce que de savoir que j’ai une seule et unique fois fini nue devant lui... » Je me mordis la lèvre, impatiente de voir sa réaction. Nous n’avions pas commencé le jeu à proprement dit, mais la partie venait tout juste de commencer. Nous le savions, lui, comme moi…

Mais qu’adviendrait il lors de cette partie ? Si nous finissions tous les deux à moitié nus, arriverions nous à arrêter là, à la barrière du correct ? Je savais dans quoi je m’engageais, je savais que je m’exposais à mille et un risques, mais je n’avais pas envie de fuir, de prétexter un rendez vous de dernière minute. Non, cette fois là j’étais prête à tout affronter. Quitte à me brûler. A ma remarque, son regard dévia sur mon corps, me disant qu’également dans sa version, rien ne faisait barrière pour admirer les « mises du perdant », jolie comparaison. Je croisais son regard, brulant, me faisant presque rougir, mais je le soutins, un sourire en coin dessiné sur les lèvres. «  Je n’ai jamais été aussi sure et certaine de moi Killian… Méfies toi, je suis une redoutable adversaire… »

Je ne le quittais pas du regard alors qu’il se levait pour se placer à mes cotés, déplaçant légèrement ma chaise de manière à ce que nos genoux se touchent, proximité trop attirante, trop forte, comment allais-je faire, bon dieu, pour ne pas craquer ? Je pris une grande inspiration, silencieuse, essayant de reprendre un tant soit peu de sang froid.  «  Nous avons tout deux à y gagner Killian… Je ne voulais pas me montrer trop rude à ton égard… Tu es sure que tu ne veux pas de prix de consolation ? » Mon sourire s’intensifia sur mes lèvres, mes yeux toujours plongés dans ses prunelles azur.  Un léger rire franchit la barrière de mes lèvres quand je l’entendis me susurrer que je pouvais commencer à me dénuder maintenant. Il voulait jouer, très bien nous allions jouer…  «  Tes désirs sont des ordres, Killian » Je lui fis un nouveau clin d’œil,  alors que mon cœur battait à tout rompre contre ma poitrine, avant de soulever délicatement mon débardeur, presque trop lentement, si bien que son regard sur ma peau semblait me brûler. Je m’arrêtais cependant à la naissance de mon soutient gorge, me mordant doucement la lèvre inférieur,  mon regard cherchant le sien. Je rebaissais mon débardeur et je me rapprochais dangereusement de lui, posant mes mains sur ses cuisses, rapprochant mon visage du sien, beaucoup trop prêt pour que ça soit supportable. «  Ne crois pas que je vais te laisser gagner si facilement Hook, la mise est bien trop… Aguichante. Distribues les cartes… mais saches que je suis très mauvaise joueuse… »

copyright Bloody Storm


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mer 3 Sep - 21:07

Spoiler:
 


.I'm tired living in the past.

Pourquoi maintenant Swan ? Pourquoi devait-elle se montrer si proche, si joueuse, si... sentimentale ?... maintenant ? Alors que lui ne pouvait plus l'être, alors que lui ne pouvait pas la toucher, l'embrasser... la désirer... Et comment ne pas la désirer ? Comment ne pas vouloir la toucher. Le parfum de Swan était trop proche de lui, trop enivrant, sa peau trop douce, trop signes de promesses, son regard trop intense et trop attisant. Elle savait exactement comment parler, bouger et le regarder pour le rendre complètement fou et plus que jamais, elle semblait vouloir en jouer. Ooooh Swan...

Swan poursuivit en répondant à la question qu'il avait lancée pour la provoquer, lui demandant à son tour comment il réagirait si elle lui avouait avoir terminé nue devant un homme dans un jeu au strip poker ? Cela le rendrait fou, assurément, mais pourquoi lui retournait-elle la question ainsi ? Avouait-elle par là qu'elle était effectivement jalouse, au moins autant qu'il l'était et supportait aussi mal l'idée qu'il ne la supporterait lui ? S'il n'avait réellement pas compté pour elle, comme elle voulait le prétendre si fort, n'aurait-elle pas dû s'en moquer ? Bien sûr que oui, elle aurait dû. Sauf qu'elle ne s'en fichait pas et comptait même sur lui pour penser et réfléchir afin de trouver les sentiments qui pouvaient bien l'habiter à cette idée. Doucement, avec amusement, le pirate sourit. Il savait exactement quel sorte de jeu elle avait commencé à jouer. « Je retrouverais probablement cet homme pour lui crever les yeux », avoua Killian en haussant les épaules. N'avait-il déjà pas tenté de le faire sur un marin qui avait regardé un peu trop intensément Milah un soir où il avait trop bu ? « Je suis un pirate, amour », souffla-t-il pour rappel. « Mes trésors sont... et bien mes trésors ! Je ne suis pas très partageur. » Oh ça non, il ne l'était pas. Jamais. Et surtout pas avec un trésor comme Emma Swan. Il n'avait promis à Neal qu'il s'effacerait, mais uniquement parce que c'était cette situation là. Parce que c'était Bea, l'enfant qu'il avait pratiquement élevé. Parce que c'était pour le bien du gamin, celui de celle qu'il aimait. Parce que c'était le bonheur de Swan et qu'il était prêt à souffrir mille morts pour son bonheur...

Elle assura être sûre de son choix, de son envie de jouer et d'en assumer les conséquences et il se mordit la lèvre dans l'anticipation, conscient que ça allait bien trop loin, qu'il jouait avec un brasier qui allait finir par le brûler pour de bon. Swan était un feu vibrant et il s'y jetait corps et âme sans regarder en arrière... à chaque fois. Qu'il brûle jusqu'à en mourir. Plutôt mourir sous son feu que sans lui, songea le pirate alors qu'il s'installait à son aise en face d'elle, prêt à assister au spectacle, souriant alors qu'elle lui avouait ne pas avoir voulu être trop rude avec lui. Puis elle lui demanda s'il était sûr de ne pas vouloir un lot de consolation et le pirate sourit de plus belle, lui lançant un regard équivoque.

Et elle rit. Son rire, si beau. De ce son délicieux, si clair et chatoyant, lui procurant toujours mille et un frisson. Et reprenant une des expressions favorites du pirate, elle répondit à la demande faite par celui-ci pour qu'elle commence à se dévêtir avant l'heure. Killian vit alors les doigts de la Sauveuse glisser sur le tissu qui couvrait le haut de son corps, en attrapant les pans pour le remonter. Très, très lentement, le débardeur de la blonde monta le long de son flanc, dévoilant son ventre, alors qu'il ne pouvait plus quitter la vision parfaite des yeux. Dans un des dessins animés d'Henry, il aurait sans doute ressemblé à un loup bavant, les yeux lui sortant de la tête et la langue pendant jusqu'au sol. Dans la vraie vie, ici et maintenant, il avait juste un regard embrasé par le désir et l'impression que sa tête, son corps et probablement tout le reste allait exploser. Le nombril de Swan apparu rapidement à ses yeux, mais le temps avant de le voir lui parut durer une éternité. Et un autre éternité passa jusqu'à ce qu'elle remonte son débardeur jusqu'à la base de ses seins, ne dévoilant qu'un petit bout de ce sous-vêtement découvert sur cette terre et qui servait aux dames à maintenir leur poitrine tel un corset. Attirail sauvage, pensait le pirate, mais la dentelle terrienne semblait toujours plus facile à porter que le corset et lorsqu'une femme n'était plus vêtue que de cela, elle en montrait assurément bien plus qu'avec l'attirail de la Forêt Enchantée.

Il croisa le regard de la blondinette et aussitôt, elle rabaissa son haut, mettant fin à la torture de la manière la plus brutale qui soit. Killian allait protester quand elle se rapprocha de lui, trop près... beaucoup trop près... posant les mains sur les cuisses du pirate, le faisant déglutir. « Ne crois pas que je vais te laisser gagner si facilement Hook, la mise est bien trop... Aguichante. Distribues les cartes... mais saches que je suis très mauvaise joueuse... » Et comme à chaque fois, il sentit son corps s'avancer vers elle sous la pression de son attirance, sentant le souffle d'Emma sur ses lèvres, le bout de son nez effleurant le sien,... « Emma... », souffla-t-il douloureusement. « Emma... »

Non il ne pouvait pas. Il ne devait pas. Il fallait qu'il arrête de jouer, qu'il se comporte en homme et qu'il fasse la bonne chose. Pour elle. Saisissant les poignets de la jeune femme, il la repoussa, le plus doucement du monde et se leva pour s'éloigner, mettant à nouveau le plus de distance possible entre elle et lui dans le petit espace clos des appartements du capitaine. « Bien que le jeu soit attirant, autant que la joueuse... et que j'adorerais te montrer combien je suis un excellent joueur... tu as beaucoup trop bu... Emma... Et j'ai trop bu... pour notre propre bien... » Chaque mot était un sacrifice énorme, une douleur qu'il ne pensait pas un jour pouvoir s'infliger à lui-même. Elle allait le quitter. Elle devait le quitter et il devait faire la bonne chose. « J'essaye seulement de te protéger, amour », dit-il en posant un regard suppliant sur elle. Il fallait tant qu'elle le croit et qu'elle fasse ce qu'il fallait. « Fait moi confiance, je t'en prie... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Jeu 4 Sep - 2:16

Spoiler:
 


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

L’alcool qui me parcourait les veines me faisait me sentir enfin sure de moi, et par définition certaine de ce que je ressentais au fond pour Hook… Il ne m’avait fallu que quelques verres de Rhum pour enfin baisser les armes et le laisser rentrer sur mon territoire tout en me laissant empiéter sur le sien. New York était désormais à mille lieu de mes préoccupations, comme si jamais un jour je n’avais frôlé l’espoir d’y retourner aussitôt Zelena mise hors état de nuire…. Avais-je désormais beaucoup trop d’attachements à Serenity ? Beaucoup trop à perdre ? Mon cerveau était il trop embué par les vapeurs de Rhum ? Non, je reste convaincue que l’alcool désinhibe particulièrement tout être vivant, trahissant ainsi ses véritables émotions et sentiments… Je ne pouvais plus désormais faire marche arrière j’en avais beaucoup trop dit, accentuant mes paroles par des gestes. Je n’avais plus d’autre choix que d’affronter, mais alors que ça aurait du me terroriser, au contraire je me sentais étrangement légère comme soulagée d’un poids que je portais depuis trop longtemps sur mes épaules.  La par contre, j’accusais pour sur l’alcool. Quoique si la situation devenait plus… intime entre Killian et moi, je n’aurai pas d’autre choix que d’en assumer les conséquences de mes actes et de cesser de montrer une façade impénétrable.  

Pourquoi ma vie ne devait elle pas être facile et sans embûches ? Tout est beaucoup trop compliqué quand on est la fille légitime de Blanche Neige et de Charmant, encore plus quand le statut de ‘sauveuse’ vous colle à la peau.  Et bien entendu la vie sentimentale qui en découle est également un chemin hazardeux. Déjà qu’il était sinueux avant que je ne retrouve mes proches, alors imaginez un eu aujourd’hui. La mort de Neal, même si du temps qu’il était vivant j’avais décidé de ne me remettre avec lui, m’avait profondément marquée. Il restait le père d’Henry, le premier homme que j’avais aimé et que j’avais laissé rentrer véritablement dans ma vie. Les autres n’étaient que de moindre importance comparé à lui. Et enfin il y avait eu Hook… Killian Jones, pirate de son statut qui avait réussit à m’ébranler jusque dans mes tréfonds.  Moi qui m’étais jurée de ne plus jamais accorder ma confiance à un homme,  qui m’étais jurée de ne pas me laisser berner par mes sentiments…. Je faisais désormais pâle figure devant Killian, et ce dès le début malgré tout ce que j’avais pu montrer. Mes regards me trahissaient, le cœur qui cognait inlassablement contre ma poitrine aujourd’hui encore me trahissait. Il avait su me prouver qu’il était digne de confiance, et surtout qu’il tenait à moi. Ces mots prononcés à Neverland résonnaient encore dans mon esprit : «  Le jour ou je gagnerai ton cœur Emma, et je vais le gagner, ce ne sera du à aucune ruse, ce le sera parce que tu me voudras… »  Bingo Killian… tu avais vu juste.

Et il réitérait ses paroles depuis, encore et encore, un nouveau sourire amusé naquit sur mes lèvres, mon pirate favori était il donc aussi jaloux que moi je pouvais l’être ? Mais crever les yeux d’un homme est juste, difficilement faisable à Storybrooke… Après tout, comme il me le rappelait justement, c’était un pirate cet homme pour lequel j’avais des sentiments. Et je ne voudrai pas qu’il change, ça faisait partie intégrante de son charme, et malgré tout, il gardait sa loyauté, envers moi… Magnifique signe d’amour. Mon sourire s’intensifia quand il m’assimila comme étant son trésor. Bien. Cette simple confession m’assurait que j’avais fait le bon choix en me faisant déposer les armes, Killian crevait de sincérité, je le croyais, plus que quiconque… « Bien… Tout pirate à son trésor, et tu as amplement mérité le tiens, Killian… Mais ne devrais tu pas prouver à ton trésor qu’il est effectivement tiens par les gestes autrement que par la parole ? « jouais-je une énième fois, le regard empli de sous entendu…

Dans cette cabine du capitaine qui avait réussi à me percer à jour, nos regards ne nous trahissaient pas, non, nous avions autant l’un de l’autre envie de pousser le jeu aussi loin qu’il nous mènerait.  Voir le regard brulant de Hook sur ma peau que je dénudais petit à petit ne me donnait pas envie de m’arrêter, le désir qu’il exprimait à travers son seul regard me donnaient des frissons tout le long de ma colonne vertébrale,  me faisant presque languir se sentir ses mains sur mon corps. J’aurai presque parié qu’il se serait jeté sur moi, ne prenant pas même le temps de battre le jeu de carte. Le jeu était tout autre, beaucoup plus empreint de sentiments si forts pour être mis de coté. Je le laissais pénétrer on ne peux plus sur mon espace vital, mes yeux toujours plongé dans les siens, ce magnétisme qui menait alors notre jeu, ce feu qui nous consumait alors autant l’un que l’autre.  J’aimais cette façon qu’il avait de poser ses yeux sur moi, voir son impatience dans son regard, la façon dont il avait de faire de moi la huitième merveille du monde. De son monde.  L’entendre prononcer mon prénom, redoubla l’envie de lui qui me parcourait, la manière dont il avait de prononcer chaque lettre comme si elle lui était précieuse. «  Killian… » Susurrais-je à mon tour, prête à l’embrasser et enfin franchir le peu d’espace qui nous restait à chacun.

Mais contre toute attente, il me repoussa, cassant ce lien qui alors avait pris possession de nous deux et je restais presque interdite, fronçant des sourcils en sa direction. Qu’est ce qui lui prenait ? Ma fierté, pour ainsi dire venait d’en prendre un sacré coup. Je fermais les yeux un instant, secouant presque imperceptiblement la tête, comme pour ne pas montrer que son départ au combien soudain était semblable à une dague plantée en plein cœur. Tiens bon Emma…  « Bien que le jeu soit attirant, autant que la joueuse... et que j'adorerais te montrer combien je suis un excellent joueur... tu as beaucoup trop bu... Emma... Et j'ai trop bu... pour notre propre bien... »  Belle excuse, et quel magnifique joueur se trouvait face à moi, je détournais la tête me pinçant les lèvres pour éviter qu’une ou deux larmes me trahissent. Je soufflais légèrement, en haussant les épaules un léger rire nerveux et bref sur le bout des lèvres.  Je le laissais continuer, me protéger ? De quoi ? De lui ? Après avoir mis autant d’efforts pour me faire tomber dans ses bras ? Si près du but il renonçait sous prétexte que nous avions trop bu. Le regard perdu dans le vide un instant, je relevais les yeux vers lui quand il me demanda de lui faire confiance.  Je me levais de ma chaise,  sentant la colère monter, mais aussi la déception, très amère. Celle qui marque profondément, beaucoup plus que l’acide de ne le ferait. Je me rapprochais de lui, et une fois à sa hauteur, commençait ma tirade. «  Stop Hook… Stop… A quoi joues tu ? Tu as mis tant d’efforts en œuvre pour ça ?  Me dire au moment même où je t’ouvre mon cœur qu’on ne peux pas être proches parce que nous avons trop bu ?  J’étais prête à te demander de me suivre à New York… de te dire combien tu représentais pour moi… A enfin te laisser rentrer dans ma vie comme tu le voudrais. » Je baissais la tête, reprenant un instant mon souffle, ne remarquant même pas la larme sur ma joue . Reprends toi Swan, ce n’est pas le moment de craquer, même si l’alcool te rend plus sensible, ce n’est absolument pas le moment. « De qui veux tu me protéger ? De toi ? Je crois être en mesure de prendre mes propres décisions. »

Hook était tellement en contradiction avec ce qu’il venait précédemment de me dire…  Ses confessions sur le fait que cette année sans moi avait été un enfer sur terre, ses mots, ces gestes, son regard brûlant posé sur moi. Non, il ne me mentait pas, il ne jouait pas la comédie, loin de la… Mais alors que devais-je en penser ? Un éclair de lucidité me parcourut. «  Zelena… » murmurais-je presque pour moi même, je relevais le regard en sa direction. «  Quelles menaces a t-elle bien pu te faire pour que tu me repousses ?  Killian j’ai confiance en toi, mais je t’en supplie éclaire moi…Il n’y a que toi et moi sur le Jolly Roger…  »
copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Dim 7 Sep - 20:53

[quote="Killian Jones"]
Spoiler:
 


.I'm tired living in the past.

Elle n'imaginait pas à quel point elle était tentatrice. En fait, Emma Swan ignorait totalement tout l'effet qu'elle pouvait faire à un homme et particulièrement un homme comme lui. L'assimilation à un trésor n'était pas anodine, même pour un simple pirate, mais pour lui... Ses longs cheveux d'or semblaient parfois aussi précieux que les fils d'or que Rumpelstilskin savaient produire avec des brins de paille sous la dorure du soleil. Ses yeux verts si profond pouvaient mille fois se comparer à la beauté des émeraudes. Sa peau laiteuse et douce était le plus beau trésor qu'un homme puisse un jour caresser et son cœur avait la force et le caractère précieux de millions de rubis. Et dans tout cela, elle était son trésor à lui, le pirate sombre. Lui l'homme qui n'avait plus foi en la lumière. Elle était entrée dans sa vie comme un précieux trésor à conquérir et elle finissait par se donner à lui pour qu'il la conserve à l'abris des mains pleines de convoitises de tous les autres pirates. Elle était une princesse aussi, forte et digne, majestueuse comme seul les gens de la royauté savaient l'être, alors même qu'elle avait été élevée loin des cours et des bals royaux. Elle avait le meilleur d'eux, le plus envoûtant, sans tous les vices et les besoins stupides et stériles. Elle était un véritable joyaux de la couronne, rendu brut par un trop longtemps passé loin de sa maison... Son trésor convoité. Son trésor jamais acquis. Peu importe combien elle s'offrait à lui, il savait déjà que la malédiction de ce trésor-là était de ne jamais pouvoir s'en repaître et s'en lasser. Elle n'était plus uniquement un trésor qu'un pirate voulait obtenir pour montrer qu'il était le meilleur pirate. Elle était un trésor pour lequel il voulait périr, s'il ne pouvait le conserver.

Comme il aurait aimé pouvoir lui montrer à quel point elle lui était précieuse. Comme il aurait voulu la prendre dans ses bras, l'embrasser, la garder près de lui. Il ne l'aurait jamais renvoyé vers David. Il n'aurait plus jamais laissé personne la voir. Il l'aurait gardé, bien à l'abris dans sa cabine. Son précieux trésor, toujours en sa possession... Sauf qu'il ne pouvait pas. Outre le fait qu'Emma Swan n'était pas un trésor factice, se laissant faire sans protester, il était maudit et il n'avait plus droit de la toucher, de l'aimer... parce que chaque geste stupidement romantique risquait de les mener tout droit au baiser interdit. Devoir se reculer et s'éloigner d'elle était la pire des tortures, la douleur était sans nom, mais il n'avait pas le choix. Pour le bien d'Emma, pour le bien de Serenity, il ne pouvait prendre ce risque et devait se contenter de sa vie dans l'obscurité... loin d'Emma Swan.

Son nom dans la bouche de la jeune femme fut l'appel de trop, le rappel sanglant de ce dont il s'était privé lui-même par pur égoïsme. Ce fut tout ce qui lui suffit pour la repousser, mais en même temps tout ce qu'il lui fallait pour que la lame tranchante de la réalité lui rappelle qu'il se devait de la repousser. Emma et Henry. La sécurité de la femme qu'il aimait et de l'enfant qui était moitié d'elle, moitié de l'enfant qu'il avait considéré comme sien étaient tout ce à quoi il devait penser. Ses propres envies, ses propres désirs, ne comptaient plus. C'était son désir de rachat qui avait conduit à cette malédiction.

Les mots du pirate ne balbutiait qu'une pathétique excuse à peine crédible et l'un comme l'autre le savaient. Killian ne doutait même pas qu'elle puisse le croire à un moment donné. La raison de son refus était tellement minable. Comme s'il n'avait pas autant bu qu'elle. Comme s'il n'avait pas l'esprit embrumé plus encore qu'elle... Il tenait l'alcool bien mieux que la Sauveuse, certes, mais là où elle n'avait commencé à boire qu'en sa compagnie, lui carburait au rhum depuis des siècles. La sobriété ne faisait plus vraiment partie de son vocabulaire et un état second pour le Capitaine Crochet était clairement plus un état non alcoolique qu'un état sous substance. Il buvait du rhum comme on boit de l'eau. Son système ne fonctionnait plus s'il devait s'en trouver privé. Ça n'est que lorsqu'il en appela à la nécessité qu'il avait de les protéger qu'elle put se rendre compte de sa sincérité et comprendre du même coup qu'il cachait quelque-chose de bien plus grave qu'il ne voulait le prétendre. Quelque-chose pour lequel il était prêt à mentir et à la repousser sous prétexte qu'elle n'était pas apte à choisir pleinement de lui faire des avances. Et il ne lui mentait jamais. Ne détournait même pas les sujets graves. Il ne la protégeait jamais des mots, seulement des actes. Parce que c'était la promesse qu'il s'était faite dès les débuts de leur rencontre, quand il avait réalisé combien Emma Swan avait besoin de quelqu'un dans sa vie qui ne lui mente pas... jamais.

Emma finit par lui dire d'arrêter, par lui reprocher de la repousser maintenant, alors qu'elle était prête à lui demander de la suivre à New York et il se mordit la langue férocement, sentant bientôt le goût métallique dans sa bouche. Elle voulait qu'il vienne. Elle voulait qu'il soit pour elle ce qu'il avait toujours voulu être. Tellement... tellement mauvais timing... L'aurait-il suivi ? Bien évidemment. Sans hésiter une seconde. La Forêt Enchantée n'avait rien eu à lui offrir parce qu'elle n'était pas là. Serenity City ou Storybrooke n'avaient pas plus à lui offrir. Le seul endroit qui avait à lui offrir quelque-chose était l'endroit où elle se trouvait. Sans elle, aucun endroit au monde... d'aucun monde... ne faisait sens. Et c'était d'autant plus douloureux qu'elle avoue maintenant avoir des sentiments pour lui et vouloir le laisser entrer dans sa vie de cette manière. Et puis la réalisation la frappa...

Alors qu'elle lui demandait s'il voulait la protéger de lui, elle prononça le nom qui trahit sa souffrance. Zelena. Il n'eut besoin d'aucun mot pour que l'esprit de Swan formule ce qu'il ne pouvait dire. Il avala difficilement le sang sur sa langue, alors qu'elle le suppliait de l'éclairer, ayant enfin compris qu'il n'aurait jamais repoussé sa belle intentionnellement s'il n'avait pas été sous le coup d'une menace assez forte pour qu'il fasse le choix de l'éloigner. Il ne pouvait pas le lui dire, malgré le fait qu'ils étaient seuls. Il savait qu'elle saurait. D'une manière ou d'une autre, cette sorcière savait toujours tout. Cette garce avait toujours trois coups d'avance. Pourtant, il ne pouvait plus mentir à Emma, ni lui cacher. C'était encore plus dur que tout le reste. D'un geste irréfléchi, les doigts du pirate vinrent se poser sur ses lèvres, qu'il effleura du bout des doigts. Maudites lèvres dont il avait si souvent joué et qu'il se prenait maintenant à détester comme si elles ne faisaient plus parties de son corps. « Elle te menace, Swan. Elle menace ton fils. Tes parents. Et je ne peux laisser cela se produire. Elle menace tous ceux qui comptent pour toi et sa seule alternative est que je fasse... Que je lui obéisse pour quelque-chose. Si je le fais, alors tout le monde sera en danger et si je ne le fais pas, alors elle tuera ton père et Henry et chaque personne qui compte pour toi jusqu'à ce que tu me haïsses pour avoir gardé le secret et pour n'avoir rien fait. Ma seule solution est de vous protéger. De faire mon possible et de donner ma vie, pour protéger ton garçon, ton père et pour te protéger toi. Ce qui pourrait très bien être la solution », avoua finalement le pirate en baissant les yeux. « Elle te menace, Swan. Elle menace ton fils. Tes parents. Et je ne peux laisser cela se produire. Elle menace tous ceux qui comptent pour toi et sa seule alternative est que je fasse... Que je lui obéisse pour quelque-chose. Si je le fais, alors tout le monde sera en danger et si je ne le fais pas, alors elle tuera ton père et Henry et chaque personne qui compte pour toi jusqu'à ce que tu me haïsses pour avoir gardé le secret et pour n'avoir rien fait. Ma seule solution est de vous protéger. De faire mon possible et de donner ma vie, pour protéger ton garçon, ton père et pour te protéger toi. Ce qui pourrait très bien être la solution », avoua finalement le pirate en baissant les yeux. « Je ne serais plus une menace si je mourrais. Je ne pourrais plus remplir ma... mission et tuer les tiens ne servirait à rien. Sans moi dans la balance, tout son plan tombe à l'eau... » Oui, la mort était peut-être l'unique solution. Mais il était hors de question qu'il meurt en lâche. Hors de question qu'il se suicide juste pour empêcher qu'Emma ne pose un jour ses lèvres sur les siennes. Il mourrait en mettant son corps entre Henry ou David et les sbires de Zelena. C'était sa seule fin acceptable. « Je ne peux t'en dire plus vous mettre tous en danger et je ne peux prendre le risque de te toucher... et d'accomplir son but... Je suis désolé, amour, mais je suis devenu la pire des compagnies pour toi, depuis qu'elle m'a... eut... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Lun 8 Sep - 21:49

Spoiler:
 


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Indéniablement, et beaucoup s’en était rendus compte, Killian était devenu mon point faible, autant que mon point fort.  Sans même que je ne m’en rende véritablement compte à vrai dire, les sentiments viennent bien souvent quand on s’y attend le moins, quand on est aucunement prête à les laisser entrer au cœur de sa vie. Le pirate m’avait retourné l’esprit, par deux fois... la première lors de notre première rencontre et de notre escapade à Neverland, la seconde, quand il m’avait retrouvée après la malédiction, il avait tout mis en œuvre pour venir jusqu’à moi pour que je sauve les êtres qui m’étaient cher. Après il y avait eu ces marques de tendresse, ces regards dont nous seuls avions véritablement le secret, mais qui faisait partie de la « magie » entre nous deux. Il avait été parfait avec Henry, mon gamin l’adorait, aimait partir avec lui en mer, même si il se doutait que l’unique but était de le garder loin de Serenity pendant quelques heures. Loin de toute la menace que représentait Zelena. Et Neal… Neal lui même avait compris l’attirance inavouée (tout du moins de mon coté, Hook avait été assez clair concernant ses attentions avec moi, et ce dès le début) et m’avait dit de trouver mon Tallahassee, de ne pas avoir peur de le laisser rentrer dans sa vie. D’être heureuse. Tu devrais être content Neal,  je t’ai écouté, je lui ai ouvert mon cœur, mais au mauvais moment et au mauvais endroit. Je n’ai jamais été douée pour les interactions avec mes pairs, encore moins quand je tentais de mettre des mots sur ce que je ressentais en réalité. A ses cotés je me sentais inébranlable, comme si rien ne m’arriverait tant qu’il était présent, mais à la fois, j’exposais l’une de mes plus grandes faiblesses à mes ennemis. Henry, mes parents, Killian… Jamais je n’accepterai qu’il leur arrive quoi que ce soit parce que je n’avais pas su refréner mes sentiments.

J’avais été bel et bien clair voyante, cette foutue garce de sorcière verte était bel et bien derrière tout ça… En temps normal, mon pirate aurait sans doute saisi sa chance si nous avions été tous deux aussi proches. La réciproque était à nouveau vrai, à mon tour je pouvais lire en lui comme dans un livre ouvert. L’alcool n’aurait pas été le maigre prétexte qu’il aurait trouvé pour ne pas m’embrasser, surtout que je m’étais montrée plus qu’entreprenante. La colère avait laissé place à l’euphorie, j’en avais plus qu’assez de Zelena, de ses menaces qu’elle faisait peser sur  le futur nouveau né de la famille Charming, ma famille, son désir de pouvoir, de jouer avec nous telle que l’aurait fait un marionnettiste. Il fallait que tout cela cesse une bonne fois pour toute.  Si je savais lire entre les lignes, elle avait profité des sentiments que Hook avait pour moi et inversement pour le faire chanter. Il n’avait pas précisé la manière,  mais je comprenais que j’étais directement visé. Tout devenait plus clair, le fait que Hook m’évite, qu’il soit plus distant, plus froid, ne cherchant pas obligatoirement à être à mes cotés comme il en avait pris l’habitude.  Je fronçais légèrement les sourcils quand il précisa qu’il serait capable de donner de sa personne pour nous protéger, moi et les gens que j’aimais. La seule idée de le perdre provoqua un frisson tout le long de mon épine dorsale. Non, nous ne pouvions pas en venir là, je ne le permettrais pas, je venais tout juste de perdre Neal, le perdre lui serait un véritable coup de grâce porté à mon cœur.

Quand il eut fini ses explications, dans un élan du cœur, je me jetais dans ses bras, encerclant sa taille de mes bras et nichant mon visage dans le creux de son cou. Je savais que je ne le pouvais pas à cause de la menace qui pesait sur mes épaules, mais j’avais besoin de le sentir contre moi, de sentir sa chaleur me réconforter, nous donner du courage, et surtout lui faire comprendre que quoi qu’il arriverait, je serai là, sans relâche même si ça impliquait de devoir mettre certaines distance pour le bien de tous. Zelena le tenait à la gorge, au sens littéral, si il n’accomplissait pas la mission qu’elle lui avait confié, Henry et David étaient en danger, si il faisait selon ses désirs, alors tout Serenity allait en pâtir. Quel choix prendre ? Quels risques prendre ? Sauvez mes proches ou sauver Serenity. Il y a des jours ou mon statut de sauveuse est un lourd fardeau qui constitue ma vie toute entière dont le poids si imposant me fait flancher. Je ne suis pas infaillible. Je ne suis pas surhumaine. Ma main droite quitta doucement son dos pour aller chercher la sienne et lier mes doigts aux siens, ce seul contact me redonnait l’espoir et la force dont j’avais besoin. « Jamais, tu entends, jamais je ne laisserai quiconque te toucher ou faire du mal à ceux que j'aime. Pas tant que je serai vivante. Il y a toujours des solutions, nous avons vaincu Cora, Pan, nous aurons la peau de Zelena coute que coute… » Comme peu de temps auparavant, je lui déposais un nouveau baiser dans le cou, après tout le précédent n’avait eu aucun effet négatif. Je relevais mes yeux pour rencontrer son regard azur dans lequel je me noyais de si nombreuses fois, sans vouloir l’avouer. Ne serait-ce qu’à moi même.« Killian… Ne fais pas la bêtise insensée de te laisser gouverner par la peur de nous perdre. Nous avons besoin de toi, Henry à besoin de toi, j’ai besoin de toi… Ne dit jamais plus que la seule solution serait que tu meurs, je le refuse… Jamais je ne pourrai te haïr pas quand je vois de la façon dont tu t’évertues à nous protéger, pas quand je vois de la façon dont tu m’aimes. Je ne veux plus jamais imaginer ce monde, ou un autre monde sans toi… » Sans même m’en rendre compte, ma main libre avait glissé sous sa chemise, à la recherche de sa chaleur et indéniablement de sa peau que je caressais doucement. « Je vais trouver un moyen de la vaincre Killian, un moyen pour que cette garce ne représente plus nu danger pour… »

Je ne pus pas finir ma phrase puisque je fus interrompue par un nuage de fumée verte dans la cabine du capitaine, laissant apparaître Zelena et Monsieur Gold. Je me détachais des bras de Killian, fusillant la sorcière du regard, prête à bondir telle une lionne si elle tentait la moindre action. Les cours de magie de Regina avait révélé que mes pouvoir se déclenchaient grâce à l’exacerbation de mes sentiments. Parfait timing pour une fois. «  Oh, nos deux tourtereaux… » Je jetais un coup d’œil à Killian, prenant sur moi pour ne pas faire la première action insensée qui me traversait l’esprit à savoir l’attraper par les cheveux et la foutre sous les barreaux en relâchant par la même occasion Rumplesiltskin de son emprise. « Je ne bougerai pas si j’étais vous Swan… J’ai mon chien de garde à mes cotés, un seul mot, vous et votre très cher capitaine pourriez être en très mauvaise posture… » Je m’avançais vers elle, le regard obscurci par la haine, furieuse au possible, elle avait osé proférer une menace sur les gens que j'aimais et je serai capable de donner ma vie pour la leur semblable à l’acte désespéré de Gold qui s’était sacrifié en même temps que son père pour sauver Storybrooke. «  Je vous jure que vous allez me le payer Zelena… » Je baissais un instant la tête, fermant les yeux, me concentrant sur la magie que j’avais en moi pour tenter de la canaliser et m’en servir contre la sorcière, il était peu être temps que je confronte mon destin.  «  Je ne ferai pas ça si j’étais vous Emma… Votre très cher pirate ne vous a pas tout dit, je veux votre magie, sans elle vous m’êtes complètement indifférente. Mais j’ai sous estimé les capacités de résistance de Hook… J’ai jeté des maléfices bien pires qu’un baiser maudit. Maintenant je vous laisse le choix Swan, sauvez votre capitaine, celui que vous n’aviez de cesse de rejeter avant tout ce rhum ingurgité, ou gardez votre magie… Rumple… » proféra t-elle, avant de désigner le pirate du menton, tel un ordre donné au ténébreux. Alors que j’allais riposter, il leva la main en me lançant un regard brisé signe qu’il ne pouvait en rien contrôler ses actes, et souleva Hook grâce à sa magie, emprisonnant sa gorge dans un étaux invisible. « Hook ! »  Je me jetais sur Killian tentant de le tirer de toutes mes forces pour le soustraire de l’emprise de Gold.

Un rire machiavélique marqua le retrait de la sorcière et de son sbire, alors que Killian me retombait dans les bras, inerte. Avec toute la délicatesse dont je pouvais alors faire preuve je l’allongeais doucement sur le parquet de son bateau. La pression invisible du grand père de mon fils sur la gorge du pirate avait laissé un sillon bleu autour de celle ci. Je ne pouvais pas céder à la panique, tout était clair, la sorcière de l’ouest avait maudit ses lèvres, si il m’embrassait, alors Serenity perdait le seul moyen de la vaincre, moi… « Hook… » Je le secouais légèrement par les épaules, non il ne pouvait pas me faire ça, il ne pouvait pas me laisser. J’avais besoin de lui dans ma vie, à mes cotés… «  Killian, bordel , ne m'abandonne pas… » Je le secouais une énième fois, mais il restait inerte. Je me saisissais de son poignet à la recherche de son pouls, mais je n’étais pas médecin, encore moins secouriste, même si je percevais un faible battement… «  Non, restes avec moi Killian… » soufflais-je «  Je t’interdit de me laisser tu m’entends ? » Son pouls s’affaiblissait, je savais ce que je devais faire, même si j’allais mettre la ville en péril, je ne pouvais pas le laisser mourir, nous trouverions un moyen de combattre Zelena, un moyen de la vaincre une bonne fois pour toute. « Bordel… » Doucement, je me pris une grande inspiration et posais mes lèvres sur les siennes, je me sentis soudainement vidée, comme si ma magie venait bel et bien de me quitter… La redoutable sorcière de l'ouest avait réussi. A quelques centimètres de son visage, la panique me prennant les tripes au fur et à mesure que le temps passait et que l’éventualité de le perdre me frôlait l’esprit, je murmurais comme un ultime appel, un semblant d’espoir qui me faisait croire qu’il pouvait m’entendre. «  Killian… » Doucement, je lui déposais un baiser sur les lèvres, allongée à ses cotés, acceptant enfin le fait que je provenais d’un conte. Oui j'étais une princesse,la fille de Snow et Charmant et non plus la fille perdue que j'avais toujours été. Il faut croire en un happy ending, mon père avait réveillé ma mère d’un sort du sommeil par un baiser. J'en étais également capable. L’espoir était peut être après tout un trait de caractère familial qui parcourait également mes veines. Je refrénais les larmes que je sentais pointer le long de mes cils, et susurrait contre ses lèvres, ultime murmure désespéré. «  Reviens moi Killian… »

copyright Bloody Storm
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Sam 13 Sep - 15:00

Spoiler:
 


.I'm tired living in the past.

Emma se jeta littéralement sur lui. Ses petites mains douces venant se plaquer dans le dos du pirate, son visage dans le cou du maudit. Il aurait dû la repousser, lui rappeler que ça n'était pas prudent, il le savait, mais son contact avait un tel pouvoir sur lui, était une telle drogue. Il n'avait que trop pris l'habitude de tout faire pour un simple contact avec la Sauveuse. Un effleurement de main, un passage léger dans ses longues mèches blondes, une main innocemment posé dans le bas de son dos lorsqu'ils marchaient... Cette recherche permanente de contacts était devenue une seconde nature, un naturel inconscient, contre lequel il avait dû lutter depuis qu'il s'était fait maudire. Il n'avait jamais eu plus conscience de combien il recherchait son contact permanent que depuis que chaque touche, même fugace, lui arrachait le cœur et lui rappelait combien elle lui était désormais interdite. Alors, il savait qu'il aurait dû la repousser et lui rappeler que cela ne pouvait plus arriver, mais quand on était si désespéré que lui de la toucher, sentir la chaleur d'Emma Swan contre soi était vraiment quelque-chose qu'on pouvait difficilement rejeter.

Sans avoir besoin de réfléchir, même s'il se savait contraint de mesurer chaque geste, Killian encercla sa taille de ses mains, posant son crochet dans le dos de la blondinette et caressant la pointe de ses cheveux de ses doigts. Puis la main d'Emma vint chercher la sienne et leurs doigts s'entremêlèrent tendrement. Elle assura avec conviction que jamais elle ne laisserait quelqu'un toucher ceux qu'elle elle, l'incluant dans ce groupe, faisant battre son cœur de manière déraisonné, rappelant qu'ils avaient réussi à en vaincre d'autres avant la sorcière verte. Les lèvres d'Emma trouvèrent de nouveau sa peau, lui arrachant des frissons et des signaux d'alertes qu'il fit le choix d'ignorer. Les baisers d'Emma étaient tellement désirés par lui. Depuis Neverland et leur baiser qui n'avait été qu'en grande partie un défi, Killian ne rêvait plus que de l'embrasser, ne plus jamais lâcher ses lèvres. Il ne pouvait pas, bien sûr, mais la belle semblait décidé, elle, à prendre tout ce qu'elle pouvait prendre et elle avait bien compris qu'embrasser la peau du cou du pirate n'était pas dans l'interdit... une route dangereuse qui pouvait rapidement les conduire vers l'interdit, certes... mais une route dangereuse et encore autorisée, qu'ils devaient simplement garder sous contrôle... Et puis il en avait tellement besoin. Il avait tellement besoin de la sentir et elle en avait besoin aussi. Il n'était pas stupide. Il savait combien cela coutait à Emma d'avouer ce qu'elle avait dans le cœur. De faire un pas, puis un autre et encore un autre, vers lui, qui représentait un danger pour son cœur. Il savait qu'elle devait mettre de côté des peurs profondément incrustées dans son être et des réticences soigneusement caché derrière ses murs, pour lui avouer qu'elle voulait s'ouvrir à lui, qu'elle voulait le laisser entrer. Il ne pouvait pas juste la rejeter parce que c'était trop dangereux, parce qu'il était maudit. Il voulait trop lui montrer que c'était à cause de cette maudite malédiction qu'il devait la repousser, mais que ça le tuait littéralement de devoir l'éloigner.

Replongeant ses prunelles émeraudes dans ses yeux, elle lui demanda de ne pas faire de gestes irréfléchi, arguant qu'Henry avait besoin de lui... qu'elle avait besoin de lui et il la regarda tendrement, serrant entre ses doigts la main de la belle qu'il ne voulait plus lâcher. Elle assura refuser qu'il meurt, même en arguant que cela puisse être la seule solution. Le cœur du pirate s'emballa une nouvelle fois quand elle assura que jamais elle ne pourrait le haïr, qu'elle savait combien il n'avait que leur bien-être en tête, qu'elle ne voulait pas imaginer un monde sans lui. Sa peau se recouvrit de millions de petits frissons lorsque de son autre main, Emma vint toucher la peau de son ventre. Il lui sourit tendrement, s'apprêtant à parler - sans vraiment savoir ce qu'il allait bien pouvoir dire devant tant de déclarations et glissa son crochet dans son dos, la maintenant contre lui, lui montrant qu'il était là, comprenait et voulait entendre ce qu'elle lui disait. Elle lui avouait enfin qu'il avait une chance de gagner son cœur - qu'il l'avait déjà gagné ? Entièrement ou en partie ? - et il voulait qu'elle continue, parce que c'était ce pour quoi il se battrait toujours. Elle était sa seconde chance. Il voulait avoir le droit d'être son bonheur.

Emma n'eut malheureusement pas le loisir de continuer ses promesses, alors qu'elle assurait qu'elle trouverait un moyen de vaincre la sorcière sans qu'il n'ait à se sacrifier, car c'est le moment que Zelena choisit pour apparaître dans sa chambre de capitaine. Le visage de Crochet se ferma lorsqu'Emma se détacha de lui et qu'il se plaça instinctivement en avant d'elle, prêt à la protéger de sa vie si la sorcière - qui se moquait ouvertement d'eux deux - tentait quelque-chose. Bien sûr, il ne fallait pas compter sur Swan pour venir sagement se cacher dans son dos et il nota en un coup d'oeil dans sa direction que la belle était prête à sortir les griffes pour attaquer Zelena. Cette dernière l'en dissuada, cependant, soulignant qu'elle n'avait qu'un mot à dire pour que le Crocodile soit lancé sur lui. En un autre temps, dans une autre époque et une autre situation, il aurait pu pousser la sorcière à le faire, régler enfin cette vieille querelle qu'un feu vengeur nourrissait depuis des siècles entre eux, mais ça n'était plus son désir. Plus depuis Emma. Tout n'était pas réglé entre eux, bien sûr et le ressentiment était encore profond, mais il ne voulait plus tuer le Crocodile. Pas pour une vengeance qui pouvait briser ses espoirs de seconde chance. Il devrait régler les choses avec Rumple, certes, mais pas comme ça.

« Ne vous a-t-on jamais appris qu'il était inconvenant d'entrer dans les quartiers du capitaine sans attendre qu'on vous y autorise ? », demanda-t-il froidement, presque parfaitement ignoré par la sorcière trop amusée à l'idée de défier Emma. Rumplesiltskin haussa un sourcil devant la vacuité de son commentaire et Crochet pinça les lèvres en le regardant innocemment. Il était toujours capitaine au bord du Jolly Roger. Les règles à bord était une chose qu'il défendait à corps et à cri. Les pirates restaient des marins forcenés, des gens qui avaient toute une vie de religion envers la mer. Les codes d'honneur avaient lieu ici, plus qu'ailleurs. Parce qu'on ne pouvait pas être un pirate sans foi ni loi s'il n'y avait pas des règles de vies des plus stricts à bord de son navire.

Superbement ignoré par les deux femmes, le pirate insista impuissant à la révélation sur sa malédiction et n'eut aucunement le temps de réagir quand elle lança son « chien » sur lui. Il sentit ses pieds quitter le sol et l'air lui manquer soudainement, au moment même où son regard capta celui désespéré du Crocodile, qui s'excusait pour son action auprès de la princesse Swan. Il sentit les mains d'Emma tentant de le tirer vivement vers elle, mais il savait avant de le sentir que son action serait inutile. C'était Rumplesiltskin qui était en train de lui broyer la gorge dans un étau magique. C'était Rumplesiltskin, le Ténébreux, qui allait le tuer. Cela n'avait pas vraiment de logique pour Crochet, alors qu'il savait que la sorcière avait besoin de lui pour retirer ses pouvoirs à Emma, mais rapidement, ses pensées s'embrouillèrent, incapable qu'il était de réfléchir alors que son cerveau commençait à hurler l'horreur de la privation d'oxygène. Rapidement, trop rapidement, des points lumineux commencèrent à brouiller sa vision, alors que sa tête était comme prête à exploser. Les mouvements d'Emma près de lui devinrent de plus en plus flous, de moins en moins perceptibles et il eut à peine le temps de se demander si Zelena et Rumple étaient partis ou s'il ne les voyait juste plus, avant que ce ne soit le trou noir.

Ce fut la douleur autour de sa gorge qui revint en premier, puis une douce voix familière qui - contrairement à la première sensation - le poussa loin de l'oubli et plus dans la conscience. « Reviens moi Killian... » Encore cette voix... Emma..., explosa soudainement son esprit. Le visage de la Sauveuse s'imposa à son esprit et en une seconde, il ouvrit grandement les yeux, inspirant difficilement un air qui brûla ses poumons trop longtemps privé de leur vital oxygène. Il toussa violemment, avalant goulument inspiration après inspiration, cherchant la vie comme il le pouvait. Il était vivant. Bordel, il était vraiment vivant. Comment avait-il survécu ? Emma... Soudainement, c'est le poids sur ses lèvres, la chaleur douce et agréable qu'il n'avait connu qu'une fois auparavant, qui apparut à son esprit, alors que ses doigts venaient automatiquement les caresser, comme pour vérifier sa pensée. Oui, il n'y avait qu'une explication, qu'une possibilité. Elle l'avait sauvé. Elle avait posé ses lèvres sur les siennes... Elle a perdu sa magie par ma faute... « Emma qu'est-ce que tu as fait ? » demanda-t-il mi-accusateur, mi-fasciné par ce qu'elle avait sacrifié pour lui. « Qu'est-ce que tu as fait... ? », murmura-t-il plus doucement, avant de tousser violemment une nouvelle fois, sa gorge en feu...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Dim 14 Sep - 2:25

Spoiler:
 


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

En amour, ce n'est jamais le bon moment, ce n'est pas le temps opportun pour ouvrir son cœur, pas le jour J où nos sentiments peuvent guider nos pas parce que quoi qu'il arrive il se passe toujours quelque chose qui peut vous ralentir, vous donner une bonne raison pour ne pas vous révéler. Un cœur brisé quant à lui se cherche toujours mille et une excuses pour ne pas sombrer à nouveau. L'amour était un principe compliqué pour quelqu'un dans ma situation. Mais si on se laisse prendre à la gorge par nos peurs, on finit par se retrouver dans la plus sombre des solitudes. Et personne ne le souhaite. Je le savais pertinemment, je prenais beaucoup trop de risques, dévoiler ses sentiments, même à demi-mot était à double tranchant. Mais c'était ce qui s'appelle vivre, et malgré moi, malgré le fait que j'avais peur à en crever, une partie de moi me poussait à lui faire confiance. Je refusais de me dire ou de m'avouer que j'étais amoureuse, même si au fond ça y ressemblait fortement, disons simplement que j'étais sous le charme, ce que je m'étais évertuée à cacher depuis que j'étais de retour parmi eux. Mais depuis la menace que représentait Zelena, nous n'avions pas véritablement eu de temps pour nous, pas de temps pour me faire baisser les armes. A Neverland, même si la peur de ne pas retrouver mon fils me poussait à foncer, j'avais été prise dans sa spirale, et nous avions joué, beaucoup trop pour que je n'en sorte pas indemne. Bien que j'avais précisé que ce serait le seul et unique baiser qu'il y aurait entre nous, je m'y étais moi même brûlé les ailes. Les quitter le jour de la levée de la malédiction, ce court temps où j'avais du leur faire mes adieux avait été un véritable arrache cœur qui fut cependant de courte duré grâce à Regina.

Mais se retrouver tous les deux dans sa cabine à jouer une énième fois à notre éternel jeu du chat et de la souris, l'alcool aidant m'avait permit de baisser les armes, de montrer beaucoup plus que je ne l'aurai voulu, beaucoup trop sentimentale. Je m'étais jurée après le départ de Neal de ne plus jamais accorder ma confiance à qui que ce soit, encore moins à un homme, c'est pour cette raison que j'avais gardé son pendentif... Après ma sortie de prison, j'avais tout de même rejoins Tallahassee, pendant deux ans je l'avais attendu, mais ça avait été en vain.  Plus jamais je ne veux revivre ça, mais je sais que Killian sera à mes cotés quoi qu'il arrive, il l'a assez montré ces derniers mois... Même si le risque zéro n'existe pas, aimer, c'est prendre avant tout des risques, mettre son cœur entre les mains de l'autre, délibérément, et attendre son bon vouloir. Je n'avais fait que piétiner celui de Killian depuis qu'il m'en avait fait cadeau, j'en était presque honteuse même si je savais qu'il y aurait eu un possible nous si je n'avais pas été tétanisée par la peur d'être a nouveau abandonnée.  Ce sentiment indescriptible, horriblement destructeur quand on comprend que la personne qu'on aime vient tout juste de tourner la page sur votre histoire. Vous vous sentez comme un bateau à la dérive sans véritable espoir de mettre à nouveau pied sur la terre ferme. On prend ce risque quand on s'engage dans une nouvelle relation amoureuse, qui sait ce qu'il adviendra dans l'avenir ?

Mais étrangement nous avions eu besoin de ce rapprochement, lui comme moi, ces sentiments trop longtemps reniés avaient finit par faire leur grande apparition, au plus mauvaise moment qui soit. Malgré la malédiction qui pesait sur nous. Étrangement, je n'aurai pas donné ma place pour rien au monde. Non, même si je prenais des risques, même si d'une certaine manière je venais de lui donner mon cœur... C'est avec soulagement que je sentis ses bras entourer ma taille, et pour la première fois, étant donné que j'avais été l’investigatrice de ce câlin improvisé je le ne repoussais pas, non je n'en avais alors pas la force et encore moins l'envie. La situation était ô combien dangereuse, nous en étions pleinement conscient lui, comme moi, mais à ce moment précis, il était temps pour nous deux de montrer qu'on comptait l'un pour l'autre. Bien plus que de simples amis... Et dans un sens, les frissons qui me parcouraient par la seule pression de mon corps contre le sien me grisait, m'affirmait que j'avais fait le bon choix en lui faisant comprendre que je voulais le laisser enfin rentrer dans ma vie, plus que jamais je ne l'y avais invité. Les sentiments amoureux restent les plus difficiles à contrôler, même pour quelqu'un comme moi, mais néanmoins fabuleux. Mieux que n'importe quelle substance hallucinogène, mieux que n'importe quelle drogue. L'être aimé est une drogue dont on ne peux plus se passer une fois qu'on y a goûte. Ma main dans la sienne était sûrement le seul rapprochement auquel nous avions droit, mais ce simple contact presque enfantin et chaste comparé au baiser que nous avions échangé sur cette maudite île, faisait battre la chamade à mon cœur, cognant inlassablement contre ma cage thoracique, comme si il était sur le point d'imploser de sensations et autres sentiments en tous genre... J'avais longtemps cru que mon cœur était éteint pour tout sentiments amoureux, impénétrable et imprenable, la meilleure des forteresses, je me rendais compte, dans les bras de mon pirate que j'avais fais fausse route sur toute la ligne....

Zelena finit par nous interrompre, beaucoup trop tôt à mon goût, mais nous devions faire face. Comme j'aurai du m'en douter, Killian s'était mis instinctivement devant moi, pour me protéger si elle intentait tout attaque envers ma personne. Mais n'oublie jamais Killian, je suis la seule qui peux me sauver et je donnerai tout ce que j'ai pour protéger ceux que j'aime, mais j'évitais cependant de le dire devant la garce verte qui se tenait devant nous. Elle en savait déjà beaucoup trop pour notre propre bien être et ceux des gens que je me devais de protéger, ainsi que la ville toute entière et le protéger lui, mon fils et mes parents. Après tout, c'était moi, la sauveuse... Tout s'était enchaîné beaucoup trop rapidement, j'avais appris pour la malédiction, ainsi tout s'éclaircissait, Killian devait m'embrasser pour que je perde mes pouvoirs et ainsi réduire à néant les actions contre elle... Je comprenais mieux les réactions d'Hook, cette distance qu'il avait subitement mise entre nous, mais comment désormais le blâmer, après tout comme il me l'avait dit lors de notre précédente conversation il avait tenté de nous protéger, de faire ce qui lui semblait juste. Je lui lançais un regard, n'essayant pas de montrer à l'abominable sorcière qui se tenait face à nous que j'étais profondément désolée que ses sentiments pour moi avait poussé la sœur de Regina à le maudire. Elle et Gold s'étaient éclipsés alors que je tentais de sauver Killian, mais comment se battre contre le Ténébreux, comment une novice telle que moi pouvait intenter quoi que ce soit contre lui ? C'était peine perdue, autant ne pas se le cacher mais je ne pouvais pas rester les bras croisés, non, c'était impossible. Sentant Killian m'échapper, je n'avais pas eu d'autre solution, tout en étant consciente des conséquences que cela entraînait, de poser mes lèvres sur les siennes...

Je commençais à perdre tout espoir tandis qu'il ne bougeait toujours pas, toujours lovée contre lui à la recherche d'un moindre signe de signe, les premières larmes perlaient sur mes joues. Il ne pouvait pas me laisser, non pas maintenant, pas aujourd'hui... Il m'avait toujours promis de se battre pour moi, de toute faire pour enfin réussir à m'atteindre, non je ne voulais pas que ça marque la fin de ce que  nous aurions pu être ensemble. Jamais je n'aurai du venir à bord aujourd'hui, tout était de ma faute, je commençais doucement à paniquer, tentant de trouver une idée telle qu'elle soit pour lui sauver la vie, mais au moment ou j'allais me lever pour prendre mon portable et appeler mon père en urgence, il ouvrit enfin les yeux et sa respiration s'affola à la recherche de la moindre dose d'oxygène. Oui, la magie lui avait sauvé la vie, ma tentative de le ramener en lui déposant un baiser sur les lèvres avait réussi après avoir tenté de le réanimer. Jamais je ne pourrais tourner le dos à celle que j'étais en réalité. La magie coulait dans mes veines, je devais me faire à l'idée.

Je me penchais vers lui, un sourire soudainement rassuré aux lèvres, et d'un prompt revers de main, j'essuyais les larmes qui parcouraient mes joues. Il était vivant, apparemment sonné mais vivant, et c'était, pour l'instant, tout ce qui comptait pour moi. J'avais soudainement envie de l'embrasser, de le serrer dans mes bras pour me prouver que ce n'était pas une mauvaise farce que me jouais mon esprit, tel un mirage en plein désert. « Hey... » Je me contentais juste de lui caresser la joue avec une délicatesse que je ne m'étais que rarement connue alors qu'il portait ses doigts sur ses lèvres. Il venait de le comprendre je le savais... Enfin, il m'accusa, me mettant face au fait que je venais tout juste de sacrifier ma magie pour le sauver, mais je n'aurai pas pu faire autrement, je ne me serai jamais remise du fait de l'avoir laissé mourir devant moi alors que je possédais la clef pour le sauver. Bien que désormais, la bataille contre Zelena allait s'avérer encore plus ardue qu'elle avait pu l'être. Intimement, j'avais choisis de le sauver lui, au détriment du reste des habitants de Serenity. «  Je... Je ne pouvais pas te laisser partir... On trouvera une solution... » Il fut pris d'une nouvelle quinte de toux, presque déchirante, je me levais, le quittant un instant et me saisit d'un des cafés que j'avais rapporté de chez Granny en arrivant. Il devait être froid, mais c'était toujours mieux que le rhum pour commencer. Je m'asseyais à nouveau à sa hauteur, passant doucement la main dans ses cheveux, avant que je ne l'incite à se redresser contre le bois de son navire, passant un bras autour des ses épaules pour le soutenir, et lui mis le café froid dans la main. «  C'est tout ce que j'avais à disposition, c'est froid, mais ça peut aider... » Tournée vers lui, mon regard plongé dans le sien, je lui caressais à nouveau la joue, je venais de perdre ma magie, mais rien ne comptais plus en l'instant même que de le voir vivant. Il allait falloir qu'on trouve un moyen pour la vaincre, un moyen pour sauvez notre monde et notre Happy end à tous. Je devrais bien finir par trouver un moyen ou un autre retrouver ma magie, mais pour l'instant seul lui m'importait réellement, et je devais m'assurer qu'il allait bien. «  Ça va aller ? On devrait peut être demander à Whale de t'examiner... » soufflais-je effleurant du bout des doigts la boursouflure bleuâtre sur son cou.
copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Dim 21 Sep - 20:46

Spoiler:
 


.I'm tired living in the past.

Killian avait toujours pensé qu'il y avait quelque-chose après la mort. Le casier de Davy Jones aurait fait de lui une âme errante des océans ou peut-être par le Paradis et l'Enfer dont se targuait les gens de la terre ferme. Il avait pensé que mourir - ou passer à deux doigts de la mort - lui aurait offert la réponse à cette question, la vision de l'après, les flammes ou le visage de l'être aimée. Combien il avait souhaité, pendant ses trois cents années de perdition, que le visage de son amour défunte lui apparaisse le jour où il cesserait de respirer... pourtant, aujourd'hui qu'il avait expérimenté pour de bon l'exercice, il devait avouer avec déception qu'il n'avait rien. Du moins, qu'il n'avait eu accès à rien. Ni flammes, ni nuages, ni errance en mer, ni regard aimé. Il n'avait même pas eu de notion de temps. Combien s'en était-il écoulé entre le moment où Rumpelstilskin avait tenu sa gorge si fort qu'il avait sombré dans l'oubli et le moment où la voix suppliante d'Emma Swan l'avait ramené dans le monde des vivants ?

Entre deux quintes de toux, Killian posa les yeux sur Emma, se mordant la langue d'avoir été si accusateur en lui demandant ce qu'elle avait fait pour lui sauver la vie. Elle l'avait sauvé, bon sang. Il devait au moins lui en être reconnaissant. Pourtant, il ne pouvait oublier le fait qu'en le sauvant, elle avait fait exactement ce que Zelena attendait d'elle. Exactement ce contre quoi il avait lutté depuis des jours, s'éloignant d'elle, souffrant de devoir la repousser. Tout ça avait été vain. Elle avait finalement posé sa bouche sur la sienne pour lui insuffler un air vital qui lui manquait cruellement. Bégayante, elle assura à Killian qu'elle ne pouvait pas le laisser partir et le cœur de l'homme se serra doucement, alors qu'il lisait dans ses yeux tout le sous-entendu. Elle ne pouvait pas le laisser partir. Pas parce qu'elle était la Sauveuse et se serait mal vue continuer à se définir comme telle si elle l'avait laissé mourir, mais parce qu'elle n'avait pas pu envisager le laisser mourir. Elle n'avait pas... voulue ? Il se mordit d'autant plus la langue. Elle l'avait sauvé et il l'accusait de l'avoir fait.

Elle s'éloigna rapidement, pour revenir vite, lui tendant un des cafés qu'elle avait apporté plus tôt, s'excusant de n'avoir pas autre chose à lui offrir pour soulager sa gorge en feu, alors qu'elle l'aidait à s'asseoir, dos contre le mur de la cabine. Posant sa main sur son cou douloureux, Killian se saisit du gobelet et avala une gorgée, manquant de la recracher et toussant furieusement. Le café froid... Voilà bien une boisson des plus dégoûtantes, en effet, songea-t-il en grimaçant. C'était infecte, vrai, mais il avait bu bien pire. L'eau douce en mer - et encore plus à Neverland - était chose rare et il avait souvent dû ingurgiter des eaux plus vraiment fraîches ou des mixtures à peine potable pour assurer sa survie loin de la terre. Une fois passée la surprise, le pirate avala donc une nouvelle gorgée, plus lentement, cette fois, laissant l'eau infusée glisser sur les parties inflammées de sa gorge. « Merci, Swan... », souffla doucement Killian en reposant les yeux sur elle, constatant la réelle inquiétude encore imprimé sur ses traits, dans ses doigts qui ne quittaient plus la peau du marin, caressant sa joue, effleurant du bout des doigts la gorgée malmenée plus tôt. Elle lui demanda si ça allait, s'inquiétant du fait qu'il fallait sans doute le faire examiner par le médecin, mais il secoua légèrement la tête, posant sa paume sur la joue de la Sauveuse, la caressant de son pouce. « Je vais bien, ne t'en fais pas. J'ai connu bien pire que les tentatives de meurtre du Crocodile », assura-t-il en faisant son maximum pour mettre toute sa sincérité dans sa voix.

Son corps n'était clairement pas le plus beau à regarder et il le savait. Des années de vie dans la marine en tant qu'orphelin, sa vie de pirate et les trois cents années de soif de vengeance qu'il avait parcouru avaient laissés leurs marques indélébiles sur son corps. Il avait cessé depuis longtemps de compter les cicatrices, n'arrivant plus à savoir lesquelles étaient physiques et lesquelles n'étaient que morale. Une strangulation n'était assurément pas la pire des choses et clairement une chose dont il pouvait se relever seul, sans l'aide d'aucun médecin. Fut un temps où il se recousait lui-même après avoir aspergé les plaies de rhum, alors quelques bleus n'étaient pas un drame en soit.

Doucement, les doigts du pirate quittèrent la joue de la blondinette pour venir mettre quelques brindilles d'or derrière son oreille, puis il glissa, effleurant ses traits, retraçant avec tendresse les stries à peine effacées des larmes versées par Emma. Il détestait savoir qu'elle avait pleuré et encore plus savoir que cela était sa faute et il voulait en effacer les traces, essuyant les sillons laissés par l'eau salée sur ses joues et au coin de ses yeux. « Merci... », souffla-t-il en se redressant. « Je n'aurais assurément pas connu le repos de l'âme en sachant que j'avais failli à ma promesse de ne jamais te quitter si tu ne me l'ordonne pas. Merci de m'avoir ramené. »

Il savait que les esprits de la mer l'attendaient, les nombreuses morts qu'il avait provoquées sur les flots se nourriraient de son âme... il était damné pour ses mauvaises actions passés, cela ne faisait aucun doute, mais aucun sort ne lui aurait parût plus terrible et mérité que celui qu'il aurait eu s'il avait manqué à sa promesse. Il n'ignorait pas combien celle-ci comptait pour Swan, il n'ignorait pas qu'il détenait entre ses mains le puissant pouvoir d'avoir brisé en partie la carapace de la fille de Blanche-Neige. Rompre la seule promesse qu'il avait toujours tenue et lui avait permis d'obtenir ce pouvoir méritait le pire des sorts. Il n'aurait jamais eu aucune chance d'un après purgatoire s'il avait défailli maintenant. Pas le jour où elle s'ouvrait un peu plus à lui et lui faisait la promesse tacite qu'un jour il compterait plus que tout autre... plus que Bealfire, peut-être même. « Pardonne-moi d'avoir pensé pouvoir affronter cela seul, mon amour... Elle avait menacé les tiens pour mon silence et je croyais pouvoir te fuir assez pour t'éviter d'avoir à sacrifier tes pouvoirs... J'ai eu tort... » Il avait eu tort en pensant qu'il l'aimait assez pour la fuir, parce qu'il l'aimait trop pour la quitter. Il avait eu tort de penser pouvoir gérer seul, parce qu'il n'était qu'un marin face à deux puissances de la magie noire. Il avait eu tort et cela avait coûté les pouvoirs d'Emma.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Ven 26 Sep - 1:20

Spoiler:
 


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

Hook allait bien… Jamais je n’aurai cru que le voir m’échapper ferait si mal, tel un coup de couteau en pleine poitrine, sa pointe incisée dans mon cœur, le faisant saigner au compte goute. Une indéfinissable souffrance. Non je n’aurai pas pu le laisser mourir, pas maintenant, ni jamais. Killian avait pris une place beaucoup trop importante dans ma vie pour le laisser partir maintenant. Certes ça m’avait couté mes pouvoirs, mais vivre sans lui c’était simplement survivre. Je ne m’en rendais compte qu’aujourd’hui et il avait fallu qu’il passe à coté de la mort pour que je le réalise consciemment. Dommage. Notre histoire était faites de nombreux ratés, de nombreuses embuches, loin d’être une paisible histoire de conte de fées ou la princesse et le pirate vivent heureux pour toujours. Une telle chimère n’a jamais existé. Dans les contes de votre enfance, Blanche Neige et le Prince Charmant n’ont même pas de fille, et je met ma main à couper qu’elle n’aurait jamais eu la moindre aventure avec le capitaine Crochet.  Non rien de tout ça ne serait arrivé si l’on en croit les poussiéreux livres de votre bibliothèque, ceux qui n’ont pas changé de place depuis que vous avez douze ans. Mais à Serenity, même avec le statut de personnage de chimères, notre vie était bien réelle. Loin de tout féerique aventure merveilleuse qui se termine toujours bien. A Serenity, désormais, je le sais, nous aurait toujours un vilain à affronter, des moments de crises et autres chronique aventureuse. Je serai toujours la sauveuse quoi qu’il en soit, avec ou sans magie.

Killian posa enfin ses yeux sur moi, réalisant surement mon malaise, non pas celui de l’avoir sauvé, mais d’avoir pour la première fois depuis si longtemps eu un seul et unique mouvement égoïste, préférant écouter les élans de mon cœur au détriment de ceux de ma raison. Je lui avais offert le souffle de vie, en étant bien avisée des circonstances que cela allait engendrer, mes lèvres avaient fini par frôler les siennes, dans un ultime espoir que ça le ramènerait parmi les vivants, que Killian serait de nouveau dans mon sillage. Les conseils de ma mère : «  Quand tout espoir est perdu, un baiser d’amour sincère peut briser la plus noire des malédictions » Et ça avait marché… Cela signifiait il que Killian… Je ne savais plus quoi penser mon esprit se perdait dans les méandres de mon propre enfer sentimental, celui que j’avais trop longtemps mis en cage. Mon regard se plongea presque aussitôt dans le sien, non, jamais je ne pourrai dire désormais que je suis complètement impassible quand il est à mes cotés. Et je sais que si je quitte Serenity pour New York, je lui demanderai, si il accepte, de me rejoindre, d’essayer d’entrapercevoir un avenir ensemble. Quand la menace ‘Zelena’ sera mise hors d’état de nuire. La seule question que je me posais désormais : est ce qu’un jour je pourrai véritablement fuir celle que je suis en réalité ? Ma identité ne me poursuivra t-elle pas à la manière d’un esprit qui hante la maison dans laquelle son âme s’est égarée ?

Je ne sais pas comment j’allais me justifier auprès des gens qui comptaient sur ma magie pour les sauver de la sorcière verte, l’écho de la voix de Regina me vrillaient presque les tympans. Mais j’allais assumer, même si je n’étais pas obligée de dire ouvertement de la manière dont j’avais perdu mes pouvoirs. Je suis persuadée que nous allions trouver une solution pour combattre cette foutue garce de sorcière verte. Le bien gagne toujours, il faut que je m’en convainque. Il faut que j’en sois sure, et surtout que nous parvenions à libérer Rumple de l’emprise de Zelena, il trouverait surement un moyen de retrouver ma magie. Je ne sais pas, je ne sais plus quoi faire, je suis perdue même si je  ne peux en aucun cas me reprocher d’avoir sauvé la vie de Killian. Mes parents sont le mieux placé pour le comprendre, je suis presque certaine, avec tout de même une pointe d’appréhension qu’ils me soutiendront si jamais Regina insistait pour savoir ce qu’il s’était réellement passé.

Je reportais mon attention sur Killian alors qu’il buvait son café froid, ce qui est certes quasiment imbuvable, mais au moins ça pourrait un tant soit peu le soulager. L’idée d’aller chercher de l’eau m’avait frôlé l’esprit, mais je n’avais pas le cœur à le laisser seul, la strangulation qu’il venait de subir était beaucoup trop récente pour le laisser seule. Enfin il me remercia, chose à laquelle je ne m’attendait pas vraiment, et qui fit naître sur mes lèvres un léger sourire. «  Tu croyais vraiment que j’allais te laisser m’échapper si facilement ? »  ma voie était presque trop faible, presque trop effacée par les réminiscences de la panique que j’avais ressenti quelques minutes plutôt. Minutes qui m’avaient semblé durer une éternité. Mes doigts caressaient toujours la marque laissée ancrée dans son cou par le Ténébreux, comme si j’avais pu la faire disparaître, comme par magie, sans ironie mal placée j’entend bien. J’aurai voulu plus que tout qu’il ne souffre pas, que ses sentiments pour moi n’avaient pas manqué de lui couter la vie. Il avait risqué sa vie pour sauver la mienne et celle des gens que j’aimais…  Je frissonnais au contact de ses doigts sur ma joue, de la légère caresse qui semblait effleurer ma peau, pensant au fait que j’aurai pu ne jamais ressentir ça si je n’avais pas sacrifié mes pouvoirs. J’avais fait le bon choix, celui qui me semblait juste. Il m’assura cependant qu’une visite chez le Docteur Whale ne serait pas obligatoire, qu’il avait connu pire qu’une strangulation.  «  Bien… »

Non, jamais je ne pourrais me passer de la manière dont il pose ses yeux sur moi, cette façon qu’il a de me regarder qui me fait sentir comme si j’étais la seule et unique dans son cœur, celle pour qui il serait prêt à donner sa vie. Ses doigts qui caressent ma joue, la délicatesse avec laquelle il replace l’un de mes mèches de cheveux derrière mon oreille, pour finir avec une prévenance infinie effacer le sillon salé que les larmes avaient laissés sur mes joues. Mon regard ne pouvait pas se détacher du sien, comme happé dans cet océan turquoise que je comprenais enfin m’être totalement dévoué, corps et âme. Il me remercia une seconde fois, alors que mon sourire s’intensifiait, mon tête se posant délicatement sur son épaule, alors qu’il me confiait qu’il n’aurait jamais connu le repos si il avait failli à sa promesse, celle de ne jamais me quitter sauf si je lui en faisait la demande. Jamais ne n’aurais cru qu’il y était si attaché, au point de m’en faire la confession. Ma main vint délicatement enlacer ses doigts, caressant du pouce le dos de sa main comme si à travers ce rapprochement je voulais lui faire ressentir ce que j’éprouvais tout au fond de ma poitrine. Mon cœur loupa un battement à l’entendre m’appeler mon amour, parce que je sais qu’il était sincère, que ce n’était pas de simples paroles en l’air qu’il s’empresserait de répéter sans grande conviction à la première fille qu’il croiserait les jours prochains. «   Je ne t’aurai pas permis de me laisser sans mon consentement Killian… Une promesse est une promesse. J’ai juste fait ce que me dictait mon cœur. C’était la bonne chose à faire. »

La promesse de Killian avait toujours compté plus que je ne l’aurai jamais avoué a quiconque, pas même à ma mère ou à mon fils. Non, parce que je savais que quoi qu’il adviendrait, il me retrouverait, il me l’avait montré en venant à ma rencontre à New York, même si j’avais tout oublié, jusqu’à ma véritable identité. Sans lui je n’aurai pas été capable de retrouver ma famille, de le retrouver lui et qui plus est, j’aurai été mariée à un sbire volant de Regina. Je levais la tête de son épaules, scrutant son visage alors qu’il s’excusait d’avoir failli à sa mission, se sentant responsable même si il ne le disait pas ouvertement de la perte de mes pouvoirs, de ne pas avoir su me tenir assez éloigné de lui, et surtout d’avoir voulu affronter ça seul, sans demander d’adjuvant… Doucement, ma main libre se posa sur sa joue, l’obligeant presque à affronter mon regard et dans un élan du cœur qui battait à tout rompre contre ma poitrine, malgré tout quelque peu fébrile de déposer les armes, mes lèvres se posèrent sur les siennes. Un baiser tout autre que celui que j’aurai pu lui faire il y a une petite heure, contrastant particulièrement avec notre attitude commune avant que Zelena ne s’introduise dans la cabine. Non, celui ci était porteur de message, et d’un brin d’espoir, preuve que je ne pouvais pas lui en vouloir. Doucement, je plongeais mon regard dans le sien, posant mon front contre le sien, mettant fin à notre baiser. «  Merci Killian… Merci d’être venue me chercher à New York… »
copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar

▱ courrier : 75
▱ arrivée : 31/07/2014
▱ face :


MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mer 1 Oct - 22:46

Spoiler:
 


.I'm tired living in the past.

Killian frissonna sous les doigts d'Emma, caressant doucement, presque avec appréhension de lui faire mal, les bords encore enflammés de son cou. Il répondit doucement au sourire d'Emma lorsqu'elle lui avoua qu'elle lui demanda s'il pensait vraiment qu'elle allait le laisser lui échapper aussi facilement. Que pouvait-il répondre ? Il n'était qu'un pirate, après tout. Il n'était qu'un vilain qui - par amour pour elle - tendait désormais de se racheter une conscience et une valeur. Qui aurait pu reprocher à la Sauveuse qu'elle le laisse partir pour sauver la ville toute entière, tout le petit monde des contes de fées réuni. Lui, en tout cas, n'aurait jamais pu le lui reprocher. Elle était la Sauveuse. Le bonheur des gentils et des pauvres gens passaient avant le sien... avant le leur. « Je n'aurais souhaité m'éloigner pour rien au monde », souffla-t-il doucement, savourant la chaleur de la peau de la blondinette sous sa paume et la fraîcheur apaisante des doigts d'Emma contre sa peau meurtrie.

Le coeur de Killian s'accéléra progressivement, cognant de plus en plus fort contre ses côtes alors qu'elle ne cessait de le regarder, lui permettant de se noyer, lui aussi, dans les prunelles émeraudes de celle qui avait tant changé sa vie. Le temps sembla s'étirer longuement et doucereusement, alors qu'il perdait toute notion d'autre chose qu'elle et lui. Emma avait ce pouvoir magique sur lui, ce don qu'elle avait toujours eu, bien avant de même savoir qu'elle était dotée de véritables pouvoirs magiques... D'accepter qu'elle en avait, tout du moins. Elle avait cette capacité terriblement effrayante et réconfortante de savoir les enfermer dans une bulle où ils n'étaient, alors, plus que eux. La première fois qu'il s'en était rendu compte, il avait réalisé qu'elle l'avait déjà fait au moins deux fois avant, dans la Forêt Enchantée. La première fois dont il pouvait se souvenir était le jour de leur rencontre, lorsqu'il était assis sur ce banc dans le village ravagé de Mulan et Aurore, alors qu'il prétendait n'être qu'un pauvre forgeron ayant survécu en lâche. Parce qu'elle s'était penchée comme elle l'avait fait, l'avait regardé droit dans les yeux, lui murmurant qu'elle avait ce don particulier de savoir quand on lui mentait et lui assurant que lui, le forgeron, était un menteur. La seconde fois, avait été dans le pays des géants, contre cette cage qu'ils avaient voulu escalader pour trouver la boussole, juste avant qu'ils ne soient interrompus par le géant Anton. Et puis il y avait finalement eu cette première fois où il s'en était rendu compte, alors qu'il serrait la pochette contenant le haricot magique dans sa main, désireux de fuir un Storybrooke qui partait en ruine. C'était quand elle lui avait dit qu'ils se comprenaient l'un l'autre, qu'il pouvait devenir plus, qu'il pouvait faire partie de quelque-chose, si seulement ils les aidaient à sauver la ville de la destruction. Peu à peu, il n'y avait eu plus qu'Emma. Adieu storybrooke rongé par la nature au dehors, adieux les murs de plus en plus translucides de Granny's, adieux son père, ses amis, les nains, le public. Il n'y avait eu plus qu'elle, ses yeux suppliants, sa bouche déterminée et son corps chaud l'appelant, lui donnant mille et une promesses d'un monde où il pourrait compter et ne plus être l'infâme pirate sans attaches. Et voilà qu'elle recommençait aujourd'hui, faisant peu à peu disparaître les murs du Jolly Roger autour d'eux, le souvenir douloureux de ce qu'il venait de vivre et manqué de quitter, l'urgence de la situation dans laquelle ils étaient désormais. Perdu dans son regard tendre et toujours inquiet, connecté comme jamais à la pulpe des doigts d'Emma sur sa peau, à la douceur du satin qu'il avait sous ses propres empruntes, il avait l'impression qu'il n'y avait plus qu'eux, elle et lui et plus rien au monde, ce qui le satisfaisait entièrement. Il aurait pu tout donner pour ne plus jamais se soucier d'autre chose que d'elle.

Le cœur du pirate s'emballa une nouvelle fois lorsqu'elle se rapprocha de lui, posant sa tête contre l'épaule couverte de cuir, entrelaçant leurs doigts. Avec douceur, il glissa sa joue contre celle d'Emma, inspirant son odeur, son nez chatouillé par des mèches blondes rebelles. Elle lui assura que jamais elle ne l'aurait laissé le quitter, qu'il lui avait fait une promesse qu'elle avait l'intention de le voir tenir et lui assura qu'elle avait agi selon son cœur, que c'était à ses yeux la bonne chose à faire que de le sauver. Réalisait-elle seulement l'impact de ses mots ? Sentait-elle seulement combien son cœur battait fort dans sa poitrine, menaçant de s'en échapper à tout moment tant Emma Swan prononçait les mots tant espérés ? Il pourrait donner sa vie pour elle, avait traversé des royaumes entier, donné son précieux Jolly Roger, sa maison, pour une chance de la revoir, même un instant - le retour miraculeux de son navire cachait cela, mais les faits étaient là, cruellement réels et tangibles dans l'esprit de Killian -... L'entendre lui confesser des choses qui tenaient presque de l'aveux de sentiments naissants avait juste le don de le rendre complètement fou et de lui donner l'impression de mourir, sous le coup de l'émotion, cette fois.

« Swan... », souffla le pirate, à moitié soupirant d'aise, à moitié suppliant face aux émotions qui le chamboulaient complètement. Et puis elle s'écarta, laissant pendant un instant un sentiment de vide insupportable... Et puis elle posa de nouveau sa main sur la joue rugueuse de l'homme et l'obligea presque à la regarder sans ciller, ce qu'il fit sans broncher, attendant un verdict dont il ignorait totalement la teneur. Sauf qu'elle ne parla pas. Pas tout de suite tout du moins, pas avec des mots, mais avec ses yeux. En une seconde, il vit le changement dans ses yeux, l'abandon dans une lutte perdue d'avance, la conviction profonde dans l'action, la résolution... Il put presque anticiper le geste et ferma les yeux dès que les lèvres d'Emma se posèrent sur les siennes.

Le baiser qu'ils échangèrent fut sans doute trop court aux yeux du pirate, mais il ne fut pas dépourvu de sentiments, de sensations et de messages codés comme tous deux savaient si bien sans donner. Il n'avait pas été comme leur premier baiser, défiant et fougueux, extériorisant une tension trop longtemps mal contenue. Il n'était pas comme les petits bisous échangés plus tôt pendant le jeu, timide, mais goulument désirés, nécessaire pour mettre les choses à plats. Il n'était pas salvateur d'une mort certaine, comme le dernier qu'ils avaient eu sans même que Killian n'en ait conscience. Non, ce baiser-là était tout autre. Lent et doux, sans urgence, ni nécessité vitale. Ce baiser était porteur d'espoir, mais pas quémandeur d'une promesse d'avenir. Emma Swan goûtant doucement la bouche de Killian Jones, l'homme qu'elle semblait désormais en mesure de pouvoir imaginer prendre plus de place dans sa vie. L'homme qui n'était juste plus le pirate au Crochet.

« Merci Killian... Merci d'être venue me chercher à New York... »

L'homme eut un sourire tendre, alors qu'il brossait son nez contre celui d'Emma, ne quittant plus ses prunelles des yeux. « Je ne t'aurais jamais laissé là-bas, amour », assura-t-il avec toute la conviction du monde, n'ayant même pas besoin de se forcer pour laisser transparaître le fait que cela était sans appel. « Je ne t'aurais jamais laissé sans savoir... sans connaître tous ses gens ici qui t'aiment... Sans savoir que certaines personnes n'ont cessé de penser à toi, chaque jour où nous avons été séparés... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   Mer 22 Oct - 22:16


I'm Tired Living In The Past.
A pirate & a Princess, who could believe it would ever be possible ?

La peur mène bien souvent tout être humain, le tout, est de savoir les contrôler pour les surmonter, et en sortir vainqueur. L’alcool dans un premier temps, accentué par la peur de le perdre m’avait poussé à laisser en partie tomber les armes. Ces fichues murs que j’avais élevé autour de mon cœur réduits désormais en poussière au contact de mes lèvres sur les siennes. Peut être était il trop révélateur, surement beaucoup trop pour qu’il passe inaperçu. Porteur d’un message qui signifiait autant pour nous deux. La promesses d’un possible « nous », savoir que tout ce pourquoi il s’était battu, n’était pas vain. L’espoir devait nous animer, nous pousser à vaincre Zelena, même sans mes pouvoirs. De toute façon, mes pouvoirs sans lui à mes cotés ne serviraient à rien. Je n’ose même pas imaginer dans quel état j’aurai été si j’avais du le perdre lui, si peut de temps après avoir perdu Neal. Je ne peux pas le perdre. Malgré tout ce que je tentais de me prouver, malgré le fait que j’avais ardemment passé mon temps à repousser ses sous entendus, ses regards cherchant les miens, tous comme ses gestes cherchant le moindre de mes contacts. Je ne suis pas aveugle, ni complètement idiote, j’avais remarqué tout ça et plus il tentait de m’atteindre, plus je prenais mes distances. Pour me protéger, mais aussi le protéger de moi. Depuis mon arrivée à Storybrooke, toutes les personnes que j’avais aimé avait fini par passer de l’autre coté : Graham, Neal… Mais c’était un fait, j’avais besoin de Killian dans ma vie. Mais je ne pouvais pas lutter toute ma vie, aller contre les élans que mon cœur pouvaient susurrer à mon esprit.

Depuis notre rencontre j’aurai du savoir qu’on était appelés à devenir indissociables, comme les deux faces opposée d’une pièce de monnaie. Quoi qu’on puisse en dire, on formaient tous les deux une sacré équipe. Depuis cette première rencontre au cœur de la forêt enchantée, j’avais ressenti cette attraction, cette électricité, cette bulle qui se formait de manière presque automatique quand on se retrouvait ensemble. Mais j’avais été effrayé une première fois, par ce tout premier contact quand je l’avais serré contre moi pour lui éviter de tomber dans le piège posé par le géant Anton. Ne prenant pas de risques, ne souhaitant pas écouter mon cœur qui me hurlait de lui faire confiance, j’avais préféré écouter ma raison et le laisser derrière moi. On sait aujourd’hui que j’avais particulièrement fait fausse route. Maintenant je serai presque prête à lui mettre ma vie entre les mains, sans aucune crainte. Mais lui ouvrir mon cœur n’était pas mince affaire. On y va doucement, avec prudence, et surtout avec toutes les précautions du monde. Lors de l’opération « sauver Henry », nous avions eu ce moment, ou plutôt moi, ou j’avais laissé mes sentiments prendre le dessus, et nous avions fini par nous embrasser. Par gratitude, sous le feu de l’action et surtout pour enfin céder à cette tension qu’il y avait toujours eu entre nous deux. Pour tout avouer, à la base j’avais cru que ce simple baiser suffirait à faire taire cette attraction, croyant presque au proverbe « la meilleure façon de résister à la tentation c’est d’y céder ». Une baiser qui ne se produirait qu’une unique fois… je venais moi même tout juste de me trahir à l’instant même. Les mêmes frissons me parcouraient, la même électricité prenait possession de mon être tout entier. Mon corps appelait à être dans ses bras, ma peau contre la sienne, comme pour se sentir enfin complet. Comme si Killian était ma pièce de puzzle manquante, celle sans laquelle je me sens enfin complète. Enfin comme à la maison, comme le dit le langage populaire.

La fièvre de ses lèvres sur les miennes, néanmoins douce, porteuse d’un sentiment contraire à tout ce que j’avais pu lui montrer, faisait naître en moi tout un flot de sentiments que j’avais voulu tamiser, mais qui se traduisait dans ce simple baiser. Oui, je ne lui étais pas insensible, loin de là, comment maintenant le repousser, comment vouloir briser ce moment ? Je n’avais pas la force de le repousser, pas aujourd’hui, autant profiter de la chaleur de ses bras, surtout étant l’investigatrice de ce rapprochement. Mon cœur s’emballait dans ma poitrine, inlassablement et avec fureur, même si ça ne ressemblait en rien au baiser échangé à Neverland. A Neverland, il s’agissait d’un baiser tenant plus du défi, dans l’urgence, du jeu, tout comme ce jeu auquel nous jouions Killian et moi avant que la sorcière verte ne débarque. Là, tout était différent, et mes gestes me trahissaient, sa main dans la mienne, ms lèvres à la recherche des siennes, sans aucune hâte. Il était certainement beaucoup plus tendre, un peu court, mais nous savions tous deux ce qu’il signifiaent. Cette montagne que je représentais alors pour Killian hier encore venant tout juste de s’écrouler sur elle même. Par la peur de le perdre, par la peur de passer à coté de lui et qu’il ne finisse par se lasser.

En avais-je le droit alors que toute la ville était menacée ? Après tout, j’étais la sauveuse, celle qui devait rétablir la fin heureuse, mais en cet instant présent, je n’étais qu’Emma Swan, la femme et non pas la super héroïne qui s’envolait pour sauver la ville. Non. J’étais fatiguée de tout ça, épuisée qu’on fasse sans cesse tout reposer sur mes épaules, éreintée de ne pas vivre pour moi et mon fils guidée par mes désirs et mes émotions. David sans le savoir m’avait fait le meilleur cadeau qu’on puisse me faire depuis mon retour dans leurs vies. Une journée de repos, un moment pour me retrouver seule, faire ce que je voulais. Et pour l’instant c’était de passer du temps avec Killian dont j’avais envie, non pas le bras droit sur lequel je pouvais me reposer pour combattre les monstres et autres vilains à mes cotés, non, juste Killian Jones et Emma Swan. Pour une fois dans ma vie. Je sais que j’aurai du courir chez Regina, ou chez mes parents, pour leur annoncer la perte de mes pouvoirs et savoir quel tactique on devrait désormais adopter… Mais je n’en avais pas envie. Lui comme moi avions besoin de souffler, de prendre du recul sur la situation, et surtout d’avoir cette conversation que j’avais si longtemps refoulée avec ardeur.

Ses paroles… Comment être l’insensible au cœur de pierre que je clamais haut et fort être ? De quoi me protéger cette fois ci ? De lui ou de moi même ? Ma main libre chercha de nouveau la sienne, entrelaçant nos doigts, alors que mon souffle quelque peu ahanant de notre baiser reprenait son rythme régulier. Mais mon palpitant résonnait toujours à mes oreilles, je fermais un instant les yeux, tentant de reprendre mes esprits, même si cela s’avérait être plus ardu que je ne l’aurai jamais imaginé, je ressentais l’agréable impression qu’il battait à l’unisson avec le mien. Je réouvrais les yeux, me plongeant à nouveau dans l’océan azur qu’étaient ses prunelles, y lisant toute la sincérité dont il pouvait faire preuve. L’écho de ses derniers mots résonnant en moi comme si il résonnait contre les tréfonds de mon âme, je fronçais légèrement les sourcils. Venait il de me faire une déclaration ? Une sorte de non dit dont il saurait pertinemment que je capterai le message lisant en lui comme dans un livre ouvert ? « Tu veux dire que … Tu aurais fait n’importe quoi pour venir me chercher ? Serait-ce une déclaration Killian ? » De la main libre, je lui caressais tendrement la nuque, geste que d’ordinaire je ne me serais jamais permise mais je n’avais aucune envie de nous extraire de cette bulle dans laquelle nous étions. « Killian… par ailleurs, comment tu as fais pour me retrouver ? » Nous étions presque trop proches pour mon propre bien, ses lèvres appelant indéfiniment les miennes silencieusement, lancinantes. Désormais, je ne pourrais plus faire marche arrière. C’était beaucoup trop tard, c’était la seule chose dont j’étais alors sure et certaine au détriment de tout ce qui pouvait se passer actuellement dans ma vie.

copyright Bloody Storm
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» I'm tired living in the past ❄ Feat. Killian
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Ever Living rule
» ♥ - Forget Your Past

 ::  :: the outdoors there anything better :: Following the river, we arrive at the sea :: Jolly Roger-